Accueil Développement durable 4 bonnes actions pour sauver les abeilles
Sauvons les abeilles

4 bonnes actions pour sauver les abeilles

par Louise PASTOURET

Comme de nombreux autres insectes, les abeilles font partie du paysage. Tout le monde a l’habitude de voir ces petites bêtes tourner autour des massifs et butiner les fleurs. Mais ces dernières années, leur bourdonnement se fait de plus en plus discret. Décimées par les pesticides, les effets du changement climatique sur l’environnement et le manque de biodiversité des cultures, les abeilles se font rares dans nos campagnes. Les prédateurs comme le frelon asiatique représentent également une menace significative pour elles. Leur situation devient critique… et nous avons de quoi nous faire du souci.

Car en dépit de leur petite taille, le rôle joué par les abeilles au sein de notre écosystème est indispensable. Ce sont elles qui pollinisent… 80% des cultures. Avec la disparition des abeilles, c’est donc la reproduction et la survie de ces végétaux qui est compromise. Or nombre d’animaux et d’humains en dépendent pour leur survie, puisqu’il s’agit de ressources alimentaires : fruits, légumes, café, etc.

En moyenne, en France, ce sont plus d’un tiers des colonies domestiques qui disparaissent tous les ans – sans compter les abeilles sauvages. Concrètement, que pouvons nous faire pour enrayer ce phénomène qui prend des proportions inquiétantes ? Les associations et syndicats d’apiculteurs militent depuis des années pour l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles. Mais en tant que particuliers, quelles actions sont à notre portée ?

Adoptez des plantes mellifères

Que vous disposiez d’un jardin, d’un balcon ou même d’un rebord de fenêtre, vous pourrez mettre en pratique cette solution simple dès le printemps. Certaines plantes produisent du nectar et du pollen en abondance. Or ces ingrédients sont indispensables à la survie des abeilles. Alors pourquoi ne pas les planter chez vous ?

Une liste (non-exhaustive) de ces espèces végétales est disponible en téléchargement sur le site du Ministère de l’agriculture. Ce document d’une vingtaine de pages présente 200 végétaux susceptibles d’intéresser les abeilles : arbres, arbustes, fleurs ou plantes potagères – à adopter selon la place dont vous disposez. La plupart de ces espèces fleurissent au printemps ou en été. Mais la liste est suffisamment fournie pour qu’on puisse aussi dénicher des plantes à floraison automnale, voire hivernale. De quoi couvrir les besoins nutritionnels des abeilles pendant toute l’année.

Alors à vous de jouer : fleurissez votre environnement, pour le plus grand plaisir des abeilles (et le vôtre aussi, et celui de vos voisins…). Pour remplir cet objectif, l’association Natur Miel a d’ailleurs lancé l’opération spéciale Graines de Trèfle. Il suffit d’envoyer une enveloppe affranchie aux membres de l’association. Ceux-ci la garniront de graines de trèfles avant de la renvoyer à chaque participant dès le mois de mars. Très faciles à semer, ces graines produiront au printemps de jolies fleurs, dont les abeilles sont friandes.

Parrainez une ruche

Et si cette année, vous deveniez parrain ? Un parrain un peu spécial, qui protège les abeilles. C’est ce que propose le réseau d’apiculteurs Un toit pour les abeilles, qui existe depuis plus de dix ans. Particuliers comme entreprises peuvent parrainer des ruches pour soutenir les apiculteurs. Chaque année, tous reçoivent des pots de miel personnalisés en remerciement de leur participation. A ce jour, plus de 40000 particuliers et 1500 entreprises ont choisi de parrainer une ruche. Pour info, un particulier peut devenir parrain en déboursant 8 € par mois.

Un toit pour les abeilles propose également d’offrir des fleurs pour les abeilles, en semant des graines sur un terrain. Plus de 40 hectares ont été semés depuis 2010. Pour 1m², comptez 10 centimes par mois. Je vous invite également à découvrir l’ensemble des actions de la structure, toujours au profit des abeilles.

Hébergez des abeilles… et d’autres insectes

Finalement, cet article vous a convaincu. Il faut sauver les abeilles coûte que coûte ! Pour cela, vous voilà prêt(e) à quitter votre emploi et acheter des ruches pour vous en occuper vous-même. C’est un beau projet, mais il y a quand même deux-trois choses à savoir avant de troquer votre costume / tailleur contre une combinaison d’apiculteur.

En tant que particulier, vous pouvez parfaitement installer des ruches chez vous. L’avantage, c’est qu’en plus de prendre soin des abeilles vous pourrez apprendre à récolter leur miel. Il est possible de trouver tout le matériel nécessaire dans un magasin spécialisé ou sur internet. Quand aux essaims d’abeilles, surveillez les annonces dans les parutions spécialisées : par exemple l’Abeille de France.

Mais qui dit ruche dit réglementation, évidemment. Avant de vous lancer, retournez donc sur le site Natur Miel qui consacre une publication aux démarches à effectuer. Sur le site du Ministère de l’agriculture, vous trouverez quelques documents à remplir pour déclarer vos ruches. En fait, si un apiculteur vous accompagne pour faire les choses dans les règles, c’est encore mieux. Surtout que l’apiculture, ça ne s’improvise pas : le mieux reste encore de se former correctement.

Si toutes ces contraintes ont refroidi votre enthousiasme, il existe une solution alternative pour fournir un toit… à toutes sortes de petites bêtes. Connaissez-vous les hôtels à insectes ? Vous en avez peut-être rencontré dans les rues ou parcs de votre commune. Ces petites maisons, composées d’éléments hétéroclites, servent d’habitat à des espèces diverses : les abeilles bien sûr, mais aussi papillons, coccinelles, bourdons, perce-oreilles, etc. Avis aux bricoleurs : voici un tutoriel pas-à-pas qui vous permettra de construire votre propre hôtel. Il est également possible d’en acheter des tout-prêts.

Faites des dons aux associations

Si vous n’avez pas la main verte, que vous détestez le miel et que vous êtes allergique à leurs piqûres, il existe une autre manière d’aider les abeilles. Vous pouvez faire un don à une structure qui s’engage concrètement pour la protection de leur espèce. Difficile de mener des campagnes efficaces sans un rond en poche. Or c’est là que vous pouvez intervenir. Surtout qu’avec Internet, il n’a jamais été aussi facile de faire des dons. Que ce soit un engagement sur le long-terme avec prélèvements mensuels, ou un don unique ; que vous choisissiez de recevoir une contrepartie, ou pas… tout est possible.

Puisqu’on parle du porte-monnaie, j’en profite pour vous conseiller d‘acheter du miel produit en France. Lisez bien les étiquettes : si vous préférez les produits authentiques, la mention « mélanges de miels originaires de l’UE et hors UE » doit vous mettre la puce à l’oreille.

D’autres bonnes idées pour sauver les abeilles ? Partagez-les dans les commentaires, nous serons ravis de les découvrir et de les mettre en pratique.

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

1011 15 juin 2019 - 16 h 24 min

Petit partage, plasticienne je débute une nouvelle série sur ce sujet. Une série de dessins au crayon de couleur évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir :
https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html
Cette série sera présentée dans le cadre des Rencontres Philosophiques d’Uriage en octobre 2019 répondant à la question « L’art peut il changer le monde ? »

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.