Accueil Développement durable 5 astuces pour limiter le gaspillage alimentaire, à tester sans attendre
Stop au gaspillage alimentaire

5 astuces pour limiter le gaspillage alimentaire, à tester sans attendre

par Louise PASTOURET
Publié : Mis à jour le

On a beau aller l’acheter au supermarché et la trouver prête à l’emploi, on oublie parfois deux-trois choses au sujet de la nourriture. Par exemple, le temps et les ressources nécessaires pour fabriquer nos aliments, qu’il s’agisse des produits de l’agriculture ou de l’élevage. Il faut de l’eau, du soleil, de l’électricité, des sols, des machines et de la main d’œuvre, de l’engrais et des aliments pour animaux…

💥 Or toutes ces ressources sont consommés pour rien si les denrées alimentaires finissent à la poubelle avant d’avoir atteint notre estomac. Du gaspillage, il y en a à toutes les étapes : depuis le champ jusqu’aux points de vente, en passant par la transformation et le transport. Mais en bout de chaîne, la contribution des familles est loin d’être négligeable. En effet, selon l’ADEME, les français jettent environ 30kg de nourriture chaque année (ce qui correspond à un repas par semaine !).

🍴 Un deuxième argument plaide en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Encore aujourd’hui, alors que les pays industrialisés croulent sous la surproduction, il existe de nombreuses personnes qui ne parviennent pas à se nourrir en quantité et en qualité suffisante. Pas besoin d’aller à l’autre bout de la planète pour les trouver, ce sont nos voisins. Jeter des aliments parfaitement consommables dans un tel contexte, c’est complètement aberrant.

💸 Enfin, parlons de votre portefeuille. Le coût de la vie est déjà assez élevé comme ça, il suffit de faire ses courses de la semaine pour s’en rendre compte. Si vous achetez des aliments pour finalement les jeter, c’est comme si vous laissiez vos billets s’envoler par la fenêtre.

Pourtant, à notre niveau, il suffit d’adopter quelques réflexes simples pour mettre fin au gaspillage alimentaire.

Achetez des aliments en quantités raisonnables

Lutte contre le gaspillage alimentaire

Par peur de manquer, nous achetons trop d’aliments. Nos réfrigérateurs sont souvent trop remplis, le contenu de nos placards excède régulièrement nos besoins. Pourtant, ce ne sont pas les producteurs ni les points de vente qui manquent, à deux pas de chez nous. On finit par ne plus pouvoir tout consommer… ce qui laisse place au gaspillage alimentaire. Alors comment changer ce mode de fonctionnement ?

  • Préparez une liste de courses avec les ingrédients nécessaires pour la semaine – et (idéalement) les quantités associées.
  • Attention aux promotions qui jouent sur les quantités : vous aviez prévu d’acheter 8 yaourts, et vous finissez par repartir avec 3 paquets de 12 !
  • Évitez d’aller faire les courses en ayant faim. C’est prouvé : cela favorise les achats d’impulsion… au détriment de ce qui se trouve déjà dans votre frigo.

Faites la différence entre une DLC et une DLUO

DLC vs DLUO

Souvent, nous sommes très (trop) rigides en ce qui concerne les dates de péremption. Pourtant, il existe une différence entre la DLC (Date Limite de Consommation) et la DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale) :

  • Avec la DLUO, tous les produits qui portent la mention « à consommer de préférence avant le … » sont encore parfaitement sains, même si la date indiquée est dépassée. Ils figurent souvent sur les denrées alimentaires sèches (pâtes, gâteaux…) ainsi que sur les boîtes de conserve et les boissons. Vos gâteaux apéritifs seront peut-être un peu moins croustillants, mais il n’y a pas de risque pour votre santé. Alors pas de raison de les jeter à la poubelle !
  • La DLC s’applique aux produits frais : viande, poisson, produits laitiers… il est fortement recommandé d’en tenir compte et de ne pas consommer les produits après la date limite indiquée. D’ailleurs, les magasins n’ont pas le droit de laisser en rayon des produits avec une DLC dépassée.
  • Une nuance toutefois : en pratique, certains produits comme les yaourts sont consommables même une fois la DLC dépassée. Si vous avez pris soin de les garder au frais, vous pouvez encore les manger pendant quelques jours. Idem pour les fromages, les œufs, etc. Bien sûr si l’aspect, l’odeur ou le goût vous paraissent suspects, n’allez pas non plus vous rendre malade.

Prolongez la vie des produits frais

Produits frais

Une salade un peu rabougrie, un melon qui commence à s’abîmer… est-ce une raison de les condamner à la poubelle ? La réponse est non. Il existe quelques astuces pour ne plus gaspiller vos produits frais :

  • Plongez vos carottes mollassonnes et vos laitues fanées dans un bain d’eau froide pendant quelques minutes. De quoi leur redonner une nouvelle fraîcheur.
  • Examinez vos fruits et légumes de temps en temps. Si l’un d’entre eux est abimé, séparez-le des autres pour éviter toute contamination.
  • Si vos fruits et légumes ne peuvent plus être mangés crus, enlevez les parties abîmées et faites-en des soupes, des purées, des compotes…
  • Le congélateur peut aussi faire partie des solutions !

Cuisinez les restes pour limiter le gaspillage alimentaire

Cuisiner les restes

Les restes finissent bien trop souvent à la poubelle. On a envie de passer à autre chose, de manger un plat frais plutôt que des aliments cuisinés depuis plusieurs jours. Pourtant ces restes peuvent être retravaillés et agrémentés pour constituer un nouveau repas anti-gaspi. Généralement, un changement de forme et d’assaisonnement permet de renouveler le plat.

Par exemple, un reste de pommes de terre peut se transformer en purée, avec du beurre et de la noix de muscade. On peut aussi râper le pain rassis pour en faire de la chapelure, ou s’en servir comme base pour une recette de pain perdu. Les possibilités sont infinies ! Et c’est l’occasion de faire de belles découvertes culinaires.

Demandez votre doggy bag au restaurant

Doggy bag

Ne pas réussir à finir son assiette au restaurant… quoi de plus banal ? Parfois les portions sont trop généreuses, parfois on a les yeux plus gros que le ventre. En soi, ce n’est pas bien grave. Sauf que le restaurateur est obligé de jeter tout ce qui n’a pas été consommé.

La solution ? Demander un doggy bag. Culturellement, les français ne sont pas vraiment habitués ni encouragés à ramener leurs restes chez eux – contrairement aux américains, chez qui cette pratique est solidement ancrée. Mais souvent, on regrette de ne pas pouvoir terminer ce délicieux plat. Et de son côté, le restaurateur est tout aussi désolé d’avoir à jeter ce qu’il a passé du temps à cuisiner. Alors adieu les complexes : osez emporter votre portion avec vous ! Vous vous en féliciterez le lendemain quand vous savourerez ce bon petit plat chez vous – la conscience tranquille 😉

💡 Quelles sont vos astuces pour limiter le gaspillage alimentaire ? Partagez-les dans les commentaires !

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.