Accueil Bons plans Acheter, est-ce superflu ? (2) – l’échange et le don, des alternatives viables
Don

Acheter, est-ce superflu ? (2) – l’échange et le don, des alternatives viables

par Louise PASTOURET
Publié : Mis à jour le

La semaine dernière, nous nous sommes intéressés à la location et au prêt d’objets. Ces alternatives à l’achat permettent d’utiliser ponctuellement les ustensiles de quelqu’un d’autre, puis de les rendre à son propriétaire au terme d’une durée convenue. Mais il est également possible d’acquérir des biens de manière définitive, sans forcément dépenser de l’argent au cours d’une séance de shopping. Envie d’une raquette de tennis ? Échangez-la contre un objet dont vous ne vous servez plus ; ou trouvez quelqu’un qui souhaite se débarrasser de la sienne, et qui est prêt à la donner sans contrepartie.

L’échange

« Troc : échange d’un objet contre un ou plusieurs autres. »

Pourquoi ne pas se mettre d’accord avec quelqu’un pour échanger des objets ? L’échange, ou le troc, est une pratique vieille comme le monde qui a aujourd’hui pratiquement disparu des sociétés occidentales. Le principe : s’entendre avec une autre personne pour échanger des objets, en général d’une valeur à peu près équivalente. Un livre contre une plante verte, par exemple. Encore une belle manière de se faire plaisir et de faire des rencontres, sans avoir à acheter ce qui nous manque.

Capture d’écran : mytroc.fr

Ainsi, le site MyTroc propose à chacun de troquer des objets, mais aussi des services. Grâce aux noisettes, la monnaie collaborative du site, les trocs ne sont pas forcément réciproques. Je peux troquer un clavier d’ordinateur à M. Truc contre X noisettes, puis me servir de cette monnaie pour réserver un cours de chant auprès de Mme Bidule. Ce site est intéressant parce qu’il intègre la prestation de services en plus de l’échange d’objets. Parce qu’on a tous quelque chose à offrir : on peut aussi se servir de nos pouces verts ou de nos années de pratique du piano pour réaliser des économies.

Certains objets se prêtent particulièrement bien au troc : je pense notamment aux livres. Vous aurez sûrement remarqué que des mini-bibliothèques en accès libre ont poussé dans de nombreuses villes de France. Chacun peut y déposer des livres, puis se servir à sa guise parmi les titres apportés par d’autres passants. Sur le même principe, mais avec un catalogue de références beaucoup plus important, rendez-vous sur le site Bibliotroc.

Le don

« Don : action de donner, de céder quelque chose que l’on possède ; chose ainsi donnée, cadeau. »

Don d’objets

Il est également possible de donner des objets, sans contrepartie. Ce don peut se faire sans intermédiaires. Ainsi, depuis plusieurs années, j’ai pris le réflexe de déposer mes chaussures et vêtements usagés dans un conteneur de valorisation (type : Le Relais). Par ailleurs, certaines plateformes en ligne proposent de mettre en relation des donneurs avec d’autres personnes intéressées. J’avais d’ailleurs présenté l’un de ces sites il y a quelques mois : Donnons.org.

Dans le même esprit, il existe aussi une application mobile dédiée au don d’objets : Geev. Prononcé à haute voix, ça donne « give », qui signifier « donner » en anglais. Le service se décline aussi en version desktop si vous n’aimez pas encombrer votre smartphone. L’interface permet de consulter directement les annonces de dons : les plus récentes apparaissent en premier. Elles indiquent également la proximité des donneurs par rapport à l’adresse renseignée.

On retrouve donc les fonctionnalités propres à ce type de site : publication et consultation d’annonces, messagerie, gestion du profil personnel, etc. Notons que les concepteurs de la plateforme ont joué la carte de la gamification (points, niveaux, badges) pour inciter les usagers à donner leurs objets.

Capture d’écran : corporate.geev.com

Quelques caractéristiques complémentaires sont dignes d’intérêt, à commencer par le centre d’aide qui est plutôt bien conçu. Il est également possible de publier une annonce pour signaler un objet abandonné dans la rue et indiquer sa localisation. Pour moi, c’est LA bonne idée de l’application : quand on habite en ville, on voit beaucoup d’objets en bon état laissés dehors : autant que ça fasse des heureux. Enfin, il est maintenant possible (depuis le mois dernier) de donner des denrées alimentaires via la plateforme.

Don d’aliments

En tant que consommateurs, nous ne sommes pas les seuls responsables du gaspillage alimentaire. Néanmoins, nous faisons partie de la chaîne et nous avons donc un rôle à jouer pour limiter ce gâchis. Ainsi, il nous arrive de jeter des produits qui sont encore parfaitement consommables. Ou de nous débarrasser des restes cuisinés qui auraient pu être « remixés ». Ou encore d’oublier des légumes dans le fond du frigo… quand on les retrouve, ils sont trop abîmés pour être dégustés.

Pour remédier en partie à ce problème, certaines applications se sont focalisées sur le don d’aliments. Afin de lutter contre ce gaspillage, elles proposent aux particuliers de donner de la nourriture à d’autres personnes intéressées. On peut citer la britannique Olio et la française HopHopFood. Elles reposent toutes deux sur le principe des petites annonces géolocalisées. Un bon plan pour récupérer gratuitement de la nourriture parfaitement saine qui risque de partir à la poubelle.

Voilà qui conclut notre volet dédié aux alternatives à l’achat. Vous l’avez compris, il n’est pas systématiquement nécessaire de mettre la main au porte-monnaie pour se faire plaisir. Et oui, on peut désormais compter sur l’esprit collaboratif de ses voisins pour consommer autrement, tout en faisant de belles rencontres. A vous d’essayer ces différentes options et d’en parler à vos proches. Économies, sobriété, réduction du gaspillage : pas de doute, c’est tout bénef’ !

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.