Accueil Société Aider les personnes sans abri avec We Save Homeless

Aider les personnes sans abri avec We Save Homeless

par Jérémy PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Aujourd’hui, je vous écrit un article spécial sur une application qui me tient à cœur. Cette application a besoin de fonds pour sortir et être utilisée par un grand nombre de personnes. Mais j’en parlerai davantage dans la deuxième partie. Tout d’abord, je souhaite vous présenter l’application avant de vous parler de l’aspect financier.

L’application We Save Homeless

We Save Homeless Accueil

Traduit en français, ça donne : « nous venons en aide aux sans-abri ». L’acronyme en anglais donne WSH, qu’on peut prononcer Wish pour souhait.

Petit historique

L’application est née en 2015, d’une association entre un projet de Thierry Velu, président du Groupe de Secours Catastrophe Français, et un groupe d’étudiants d’EPITECH.

L’équipe n’a cessé de s’agrandir. Au début, deux étudiants travaillaient sur le projet. Puis des élèves d’E-artsup ont apporté leur pierre à l’édifice sur la partie graphique, et de nouveaux étudiants d’EPITECH sont arrivés. L’équipe est maintenant composée de 20 étudiants, de formations différentes.

We Save Homeless Equipe

En janvier 2017, l’application est présentée au grand événement high-tech de Las Vegas :j’ai nommé le CES. L’application attire alors l’intérêt de la presse nationale ainsi que de certains ministres.

Comment fonctionne l’application ?

Le Groupe de Secours Catastrophe Français s’est rendu compte que les différentes actions menées auprès des personnes vivant dans la rue rencontraient pas mal de dysfonctionnements. Par exemple, un sans-abri peut recevoir chaque jour la visite de plusieurs associations, lui proposant une couverture, un café… Sauf que ces structures ne se coordonnent pas pour trouver ensemble de vraies solutions aux problèmes de ces personnes en difficulté.

Sans parler des SDF complètement oubliés en fonction des lieux où ils se trouvent. Ces problèmes de coordination, ce manque de coopération proviennent du manque d’informations et de moyens alloués pour l’aide aux sans-abri. L’idée de l’application n’est pas de chambouler la gestion des associations. En revanche, elle leur propose une plateforme d’échange sur leurs actions en lien avec les sans-abris rencontrés.

L’objectif : parvenir à proposer une aide à la fois plus personnalisée et plus efficace, en partageant le travail et les moyens.

Un autre point important, souvent oublié, a été pris en compte : l’accès à l’information pour les mairies des communes concernées, afin de les tenir au courant des actions en cours. Avec la perspective de réduire le nombre de personnes vivant dans la rue, dans des conditions difficiles.

Bien entendu l’application sera gratuite et répondra aux objectifs suivant :

  • La signalisation des personnes dans la rue (par le grand public) via l’application. J’ai simplement peur d’une éventuelle dérive : que l’application devienne un genre de PokémonGo, version SansAbriGo (en mode « trouve tous les SDF pour gagner des points »).
  • Échanger des informations entre structures associatives.
  • Recenser ces personnes auprès des mairies, afin qu’elles constatent l’évolution du nombre de personnes vivant dans la rue. Et puissent ainsi prendre des mesures concrètes pour aider de leur côté.
  • Déterminer les besoins des personnes en difficulté.

Concernant la partie grand public et collectivité, l’interface est en cours de développement. Pour le moment, seule la partie associative a été créée.

L’interface associative

Cette partie s’adresse uniquement aux associations qui aident les personnes sans domicile fixe. Elle est disponible sur ordinateur, tablette ou smartphone. La structure indique son champ d’action (repas, vêtement, douche, hébergement…) puis signale sa zone d’intervention. S’il s’agit d’une association nationale, celle-ci devra créer un compte différent par antenne.

Au démarrage de l’application, la structure inscrite pourra créer les profils de ses intervenants de terrain. Mais aussi assigner une ou des personnes pour récéptionner les informations. De ce fait l’association aura la possibilité de signaler, d’informer et de recevoir des informations pertinentes. Par exemple l’identification d’un personne, le soutien qu’elle aura reçu, ses besoins futurs ainsi que son signalement. Et quelques notes complémentaires si besoin.

Toutes ces informations, présentes dans l’application, sont sécurisées. Elles seront accessibles uniquement par les associations avec le consentement de la personne en difficulté, et sans aucune mention discriminatoire. Les associations pourront être référencées avec leur logo et leur site internet, afin d’être visibles par les personnes qui gravitent dans leur rayon.

L’interface grand public

Elle permettra aux citoyens (et aux touristes aussi, pourquoi pas) d’alerter les associations s’ils repèrent un sans-abri en situation d’urgence, ou de signaler une personne en difficulté non présente dans l’application. Le petit bémol, à mon avis, concerne la gestion de l’afflux de données à traiter. Entre les signalements erronnés, les signalements déjà traités et les personnes qui ne veulent pas être signalées, cela risque d’être un peu compliqué.

L’interface collectivités :

Réservée aux collectivités, elle permettra de collecter des données statistiques, afin de se faire une meilleure idée de la situation sur le terrain. L’appli fournira des données sur les actions menées par les structures associatives.

L’interface institutions (Maires, CCAS…)

Ces institutions auront uniquement accès au recensement des personnes en détresse et des urgences (enfants, familles, femmes enceintes). Si une mairie souhaite intervenir – par exemple pour aider une famille en détresse, elle devra simplement cliquer sur le lien lié à la carte de la famille et un mail sera envoyé à l’association qui a commencé à la prendre en charge. L’association pourra par la suite transmettre les informations de cette famille pour les aider. J’espère simplement que ce ne sera pas qu’une galerie photo des personnes en difficulté (qui pourrait d’une certaine façon inférioriser encore davantage les sans-abris). C’est ce qui fait le lien avec le prochain titre :

La vie privée et l’anonymat

We Save Homeless protège la vie privée et l’anonymat de la personne en détresse. Aibsi, les personnes ayant donné leur accord pour figurer dans l’application recevront une carte NFC qui se porte facilement. La technologie NFC permet de scanner facilement la carte, afin d’accéder aux informations de la personne. Ces personnes en difficulté ont un contrôle total : s’ils veulent sortir du programme, ils n’ont qu’à détruire leur carte NFC.

Cependant, je trouve le règlement de désinscription un peu raide. je m’explique : chaque personnes non visitée à l’issue de 10 jours sera automatiquement supprimée de la base de données. Par exemple, si une personne est emmenée à l’hôpital pendant un certain temps, tout son dossier (et le suivi effectué par les associations) disparaît automatiquement.

Le signalement de personnes en difficulté

Lorsqu’un particulier signale une personne en détresse ou qu’un sans-abri s’inscrit lui-même, une alerte est envoyée à l’association pouvant répondre à son besoin dans le secteur. Dans le cas contraire, toutes les associations qui sont dans son rayon sont alertées afin de venir lui délivrer une carte NFC.

Conclusion sur l’application

L’application est déjà en test sur le terrain avec le Groupe de Secours Catastrophe Français. Les premiers résultats sont positifs : l’appli remplit à perfection sa mission, d’après les informations qui ont été diffusées.

Parlons financement

Le jeudi 2 mars, l’équipe de We save Homeless a lancé sa campagne de crowdfunding sur la plateforme Ulule.

En effet, ils désirent achever le développement de l’application le plus rapidement possible, afin de la mettre à dispositions des associations d’aide.

Pour cela, j’en appelle à votre grand cœur pour donner un peu d’argent. J’en profite pour citer une phrase de Dany Boon… extraite de son film « Radin ! »

N’aies pas peur, tu peux y arriver. Tu peux changer… tu peux donner ! […] je voudrais faire un premier chèque … de 30€.

 Alors moi aussi j’ai fait un don aujourd’hui ! Voici la preuve en image 😉

Contribution We Save HomeLess Donation

Petit information supplémentaire qui pourrait vous aider, ce don est déductible de vos impôts. Donc profitez-en pour faire une bonne action ! Voici le lien :

Participez au financement de l’application et aidez des personnes dans le besoin

Ils ont besoin de 5 000€, ce qui n’est pas grand-chose si on s’y met tous ensemble. Alors n’hésitez plus : soutenez une très bonne idée, une bonne cause, on sait jamais ce qui peut vous arriver… et vous verrez ça fait du bien aussi de donner.

Se sentir bien d'avoir donné

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.