Accueil Evénements L’Atomium, un incontournable à Bruxelles

L’Atomium, un incontournable à Bruxelles

par Jérémy PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Je fais mon grand retour sur le blog :). Je vous ai manqué la semaine dernière ? Vous aussi vous m’avez manqué. Alors pour me rattraper, je vais un peu changer de domaine et vous parler du week-end dernier. Louise m’a fait la surprise de m’amener à Bruxelles pour mon anniversaire. On y est restés 3 jours et c’était tout bonnement génial. En plus on a eu pas mal de surprises, notamment quelques événements très très sympas dans la ville. Enfin bref, dans cet article, je vais vous parler du monumental Atomium. Il est grand, il est très impressionnant et il est costaud. Avant de détailler sa structure particulière, je vous propose un peu de culture en vous parlant du contexte historique au moment de la création de ce symbole de la capitale belge.

 

Un peu d’histoire

L’Atomium a été construit à l’occasion de l’Exposition universelle de 1958 (regardez-moi ces belles affiches), qui attira environ 42 millions de visiteurs. Il a été imaginé par l’ingénieur André Waterkeyn et érigé par les architectes André et Jean Polak. Mais il ne faut pas oublier le contexte : cette exposition universelle est la première à être organisée après la Seconde Guerre mondiale. Le premier spoutnik est parti dans l’espace, et de nouvelles innovations apparaissent les unes après les autres. Revenons à l’Atomium : il représente la maille conventionnelle d’un cristal de fer agrandi 165 milliards de fois.

Composition de l’Atomium

Spécificité

Sa hauteur s’élève à 102 mètres, et chaque sphère mesure 18 mètres de diamètre et pèse environ 250 tonnes.

On continue avec le poids :l’édifice pesait 2 400 000 de tonnes en 1958 au moment de son inauguration.

Poids de l'atomium

En 2006, la structure commençait à être en mauvais état. Elle a donc été rénovée, et ces travaux lui ont rajouté 100 000 tonnes supplémentaires. Sur les neuf boules de l’Atomium, seulement six sont accessibles au public.
contenu AtomiumQuand arrive pour la première fois dans l’Atomium on nous fait prendre un ascenseur qui monte à 3m/s – une incroyable révolution pour l’époque puisqu’il s’agissait de l’ascenseur le plus rapide à ce moment là.

Tout en haut se trouve une vue panoramique sur une partie de la ville un peu excentrée, consacrée aux divers palais d’expositions et à un parc familial, dont on peut contempler le contenu d’en haut. Petit aparté : les créateurs de ce parc ont eu l’idée de fabriquer une « mini Europe », mettant en valeur les monuments emblématiques de la plupart des villes européennes. Je vous laisse deviner ce qu’ils ont choisi pour représenter la France. Petite minute de réflexion. SPOILER : La Tour Eiffel.

La preuve en image ci-dessous :

Vue d'en hautRevenons sur le déroulement de la visite : après avoir admiré le panorama, il faut reprendre l’ascenseur pour revenir au sol et emprunter les escalators pour se rendre dans les autres sphères. On y trouve des documents, des articles de presse sur l’exposition de 1958 et des informations historiques sur le monument.

Exposition

Dans une des sphères, je suis tombé sur ces affiches rétro que j’aime particulièrement, peut-être qu’elles vous plairont-elles aussi :

Affiche rétro

C’est plutôt collector et c’est bien sympa. Je vous propose même un dessin de l’époque sur l’architecture de l’atomium :
Dessin

Plutôt impressionnant, non ? Et ce n’est pas fini, je vais vous montrer comment vous balader d’une sphère à une autre, avec ces escaliers qui me font penser à un bunker allemand.
Escalier de l'Atomium

Anecdote

Depuis le 15 Juillet 2016 (c’est tout récent !), on a le droit de diffuser des photographies de l’Atomium ; c’est la deuxième raison pour laquelle j’ai écrit cet article. Mais pourquoi maintenant ? En fait, la société belge des auteurs, compositeurs et éditeurs ont revendiqué jusqu’en 2016 la défense du droit d’auteur de l’Atomium. En tant que représentant des ayant-droit, elle interdit alors la publication d’images sans contrepartie financière. Pour parer à cela, un certain Bart Somers organisa en 2008 un concours photos un peu particulier, dans lequel il fallait supprimer les représentations du monument afin de manifester contre les droits d’auteurs jugés trop importants par certains. Voici un petit extrait :Atomium censured

J’ai trouvé un lien plutôt rigolo sur le site de Bruxelles, permettant de piloter des webcams qui sont placées à différent endroits dans Bruxelles. C’est délirant ! Essayez à votre tour.

Bonus

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin, et je vous propose maintenant de suivre ce couloir :

Couloirs de l'Atomium

C’est le dernier escalator que nous avons emprunté… et j’ai adoré ! Par contre, il ne faut pas être épileptique. Au moment ou l’on arrive dans la boule, on y trouve des chaises dans une pièce plutôt sombre et d’un coup de la musique se déclenche et des lumières s’allument un peu partout. Voici un extrait vidéo :

C’est une exposition temporaire présente depuis le 20/04/2016, et jusqu’au 13/11/2016. Alors si vous êtes de passage, n’hésitez pas. C’est le groupe Visual System qui a réalisé cette exposition. Je trouve qu’ils sont plutôt forts, et le rendu est superbe.

Un petit point négatif pour l’Atomium, le prix de l’entrée… mais on va me dire que c’est comme pour la tour Eiffel : on paye cher, on monte puis on redescend. Finalement, c’est vrai que la place n’est pas donnée car c’est un grand monument bruxellois et qu’il est très connu. L’avantage c’est quand même que la file d’attente est beaucoup plus courte que pour la tour Eiffel. J’espère que l’article vous a plu. Evidemment, si vous y êtes déjà allé, n’hésitez pas à mettre des commentaires ou des photos sur l’Atomium !!! Et ne manquez pas notre prochain article sur la capitale belge 😉

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.