Accueil Développement durable Bruxelles : Un Dimanche Sans Voiture

Bruxelles : Un Dimanche Sans Voiture

par Jérémy PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Ceci est mon avant-dernier article sur la magnifique ville de Bruxelles. Eh oui, nous avons vu pas mal de choses en trois jours et j’avais vraiment envie de les partager avec vous sur ce blog.

Quand nous sommes arrivés à l’hôtel, le réceptionniste nous a demandé si nous étions venus en voiture. Alors on s’est dit qu’il allait nous proposer une place de parking. Sauf qu’on était complètement à côté de la plaque… en effet, le lendemain de notre arrivée (dimanche) devait avoir lieu une journée sans voiture, avec tous les transports en commun gratuits.

gratuité

Quand on a appris ça, on s’est dit : c’est vraiment génial. Ça existe vraiment !

Journée sans voiture

J’exagère à peine. Bien entendu, nous savions que la Mairie de Paris s’efforce de réduire la circulation des véhicules dans la capitale, et à cet effet organise parfois des journées sans voiture. Mais nous n’avions jamais eu l’occasion d’y participer, provinciaux que nous sommes. D’ailleurs, à Paris, les transports en commun restent payants ce jour-là ! Comme on dit, il n’y a pas de petits profits.

De ce fait, on s’est posés tout un tas de question. Comment font les personnes qui sont allergiques au métro et au train, mais qui ont besoin de se rendre à l’aéroport ? Les taxis font-il partie de l’exception ? Les policiers circuleront-ils en vélo, ou bénéficient-ils aussi d’une exception ? Il y aura t-il plus de cyclistes que de piétons ? Les urgences arriveront-elles en charrettes tirées par des chevaux ? (oui, j’abuse). Bref, vous l’aurez compris, nous étions plutôt perplexes quant au déroulement de cette journée particulière.

Question sur la Journée sans voiture

Je vais maintenant répondre au maximum à vos interrogations. Oui, je lis en vous comme dans un livre grand ouvert.

Interview spéciale avec moi-même sur la Journée sans voiture :

Question n°1 : Les taxis, les policiers et les urgences font-ils partie de l’exception ?

Réponse : Nous avons croisé des taxis, des policiers, et les urgences dans des véhicules à moteur. Ainsi que des bus, bien entendu.

Question n°2 : Comment fut votre réveil en ce fameux dimanche ?

Réponse : Fort bon ! Le samedi soir nous n’avons pas arrêté d’entendre des sirènes de police, de pompiers, ainsi que les klaxons des chauffeurs mécontents. Pour vous donner une idée, quand nous sommes rentrés dans la chambre d’hôtel, nous y avons trouvé deux paires de boules Quiès. Mais le lendemain matin, à notre grande surprise, il y avait très peu de bruit. Ce jour là il y a certainement eu moins d’accidents puisque nous n’avons presque pas entendu les sirènes d’ambulances.

Question n°3 : Plus de cyclistes ou de piétons ?

Je vais vous répondre avec quelques photos pour vous donner une petite idée de l’ambiance dans les rues de Bruxelles.

Mais ce n’est pas encore fini

On s’est baladés dans cette ville sans trop faire attention au feux de circulation, mais comme vous avez pu le constater, il y avait beaucoup de vélos. Donc il fallait faire très attention à ne pas s’en prendre un.

Puis au bout d’un moment, nous sommes tombés sur cette affiche :

Affiche Bruxelles Champetre

Un événement vraiment très sympa, auquel énormément de personnes à pied ont assisté. Eh oui, on a battu les cyclistes ! A l’entrée, fouille obligatoire des sacs, maintenant on en a l’habitude. Mais en bonus, on nous a donné des accessoires pour faire mumuse, et attention… transformation !

Concernant la foule, je pense que vous avez besoin de vous faire une meilleure idée :

En tout cas, une chose est sûre : les belges savent faire la fête ! le parc était divisé en trois parties. Une partie dans laquelle tout les stands était des « usines » à bières, on était même servi dans des coupes à bière en plastique, qui donnaient l’illusion d’être en verre. Une seconde parties où on pouvait trouver un peu de tout : de la nourriture, des souvenirs et évidemment, encore de la bière.

Puis une troisième partie (ma préférée) qui mettait à l’honneur la Slow-Food. Une brève définition pour ceux qui ne connaissent pas le concept : c’est le contraire du Fast-Food ! Avec la Slow-Food on prend le temps de manger des produits de qualité (biologiques, locaux…). Au menu, des stands de nourriture bio, d’autres où l’on vous apprend à arrêter le gâchis en réutilisant les restes qui traînent au frigo dans une omelette ou dans une quiche. Les enfants adorent car il y a plein de choses à tester et à goûter.

Moment important

Pour ma part j’ai atterri sur un stand ou l’on pouvait goûter des grillons. Oui, un jour il n’y aura plus de viande, alors il faudra bien se venger sur les insectes. Bref, Louise a bien insisté pour que j’y goûte… donc j’ai testé. De son côté, elle a fui 😉 . Voici mon verdict : au niveau du goût ça passe, on retrouve la saveur d’un jambon tendrement fumé donc pourquoi pas. Point négatif, les pattes de l’insecte qui restent coincées dans les dents et sont difficiles à extraire (c’était la partie glamour de l’histoire). La seule solution belge pour remédier à ce mal est… la bière. Je ne sais même plus combien j’en ai bu.

Mais ce n’est pas fini, Louise a récupéré un chapeau à la mode de Napoléon sur un stand de reconstitutions historiques, et me l’a posé sur la tête. C’est sûrement pour ça qu’une dame en costume m’a empoigné… et que je me suis retrouvé au beau milieu d’une danse traditionnelle belge. En voici quelques extraits :

Pour m’auto-congratuler (et récupérer une écocup a l’effigie de cette journée), j’ai bu une autre bière. Et le résultat s’est fait ressentir sans attendre.

La Bière s'est mal

Mis à part cette merveilleuse aventure, j’ai vraiment apprécié cet événement. Les belges sont conviviaux, avec eux pas de prises de tête. On se marre bien ! Bon évidemment il faut reconnaître que la bière donne un coup de pouce.

Mais alors, une journée sans voiture, est-ce que ça vaut le coup ?

Détente

Pour finir l’article, je me suis dit qu’une image de détente belge, en ce bel après-midi, ça fait toujours plaisir. Comme quoi, il n’y a pas que les méridionaux qui savent se la couler douce ! Moralité : les journées sans voiture, c’est vraiment sympa. On a l’impression que les habitants se réapproprient les rues, que l’ambiance de la ville est différente. J’espère avoir l’occasion d’en expérimenter une autre prochainement. D’autant plus que l’impact de ce genre d’opération sur la pollution atmosphérique n’est plus à démontrer.

Bon allez, je vous laisse, je vais manger une gaufre en souvenir de cette journée !

Notre dossier sur Bruxelles touche bientôt à sa fin : rendez-vous prochainement pour notre dernier article 🙂

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.