Accueil Le Coin des Bouquins Chronique littéraire : mélange des genres (du livre)

Chronique littéraire : mélange des genres (du livre)

par Louise PASTOURET
Publié : Mis à jour le

En septembre, rien de tel qu’un bon livre pour affronter le retour de vacances et la morosité ambiante. Eh oui, même si le temps reste au beau fixe, nos concitoyens sont stressés, pressés, désagréables. Les impôts se chargent d’amincir le compte en banque, et la découverte des lois promulguées en douce pendant la torpeur de l’été finissent d’achever un moral déjà bien amoché. C’est pour ça que la lecture a été inventée… en plus, c’est désormais prouvé : lire régulièrement permet d’augmenter son espérance de vie. Allez, le plus dur est derrière nous ! Pour ma part, voici les ouvrages qui m’ont permis de survivre à cette rentrée 2016 : le mélange des genres (littéraire) est à l’honneur.

 Dans la peau de Coventry

Dans la peau de Coventry – Sue Townsend :

La principale caractéristique de Coventry , hormis son prénom original, c’est qu’elle est belle. Elle habite dans une ville en Angleterre, avec son mari et ses deux enfants adolescents. Son époux est médiocre, son quartier est banal, ses fréquentations sont sans intérêt. Pourtant, du jour au lendemain, Coventry est contrainte de fuir pour échapper à la police : elle vient de tuer un homme. Elle s’enfuit à Londres sans le moindre sou en poche. Et rencontre alors toute une série de personnages qu’elle n’aurait jamais croisés dans sa petite ville.

weird

Un livre qui dépeint ses protagonistes sous une lumière crue, mettant en évidence leurs petites bassesses et leurs troubles psychologiques. J’en étais déjà persuadée auparavant, mais ce roman confirme qu’il ne fait pas bon finir seule à la rue… malgré une fin optimiste et loufoque, en contraste avec le reste du récit.

Pourquoi Tokyo ?

Pourquoi Tokyo ? – Agathe Parmentier :

Voici un livre qui m’a forcément rappelé mon séjour à Tokyo, il y a déjà trois ans. L’auteur y a séjourné bien plus longtemps que moi, et son expérience plus approfondie lui permet de livrer des chroniques sans concession. A la fois envers sa terre d’accueil (et ses habitants) et elle-même.

Le ton est plutôt brut et raconte sans fard des expériences ratées, des rencontres furtives, des balades sans but précis. Si je devais résumer ce livre en une expression, je dirais : « mi-figue, mi-raisin ». On y retrouve la difficulté pour les gaijins (étrangers) de s’intégrer de manière durable dans un pays toujours très courtois mais aux usages parfois impénétrables pour les non initiés. Ce qui finalement ne semble pas déplaire à Agathe Parmentier, puisqu’elle explique s’accommoder plutôt bien de son statut de citoyenne condamnée à rester en marge de la société.

Sur un ton plus léger, elle explique aussi sa fascination enfantine pour les figurines kawaii (mignonnes), son désespoir de n’avoir vécu aucun typhon digne de ce nom, et son goût inattendu pour le nattô.

kawaii

Ce n’est peut-être pas un livre qui vous donnera envie de visiter le pays du Soleil Levant ; ce qui serait vraiment dommage. Alors lisez-le, mais à votre retour ;).

Les tournesols de Jérusalem

Les tournesols de Jérusalem – Evelyne Dress :

Mon coup de cœur du mois ! Je l’ai commandé par hasard en furetant sur Bibliotroc, c’est le 4e de couverture qui m’a plu.

En cette fin du XIXe siècle, lorsque Lucien et Ana se rencontrent, c’est le coup de foudre immédiat. Ils sont issus de milieux différents : Ana est la fille d’un musicien juif renommé, et Lucien le fils d’un négociant en vins catholique. Cela ne les empêche pas de vivre une passion dévorante, leur amour fusionnel étant renforcé par une troublante ressemblance physique.

love

Leurs jours s’écoulent dans le luxe et l’insouciance, en compagnie de certaines des plus grandes figures de la culture française. Mais Ana découvre qu’elle est atteinte d’une maladie incurable. En dernier recours, lors d’un pèlerinage à Lourdes, Lucien promet de vouer sa vie à Dieu si Ana guérit. C’est le début de leur voyage vers Jérusalem, bouleversant tous les repères d’Ana et balayant ses certitudes. Que faire sur cette terre étrangère, alors que son mari se met à suivre un chemin spirituel qui ne lui laisse plus aucune place ?

Cet ouvrage nous livre un incroyable récit raconté à la première personne. Cette histoire nous fait réfléchir à l’amour, à l’exil, à la place de la religion : des thèmes fondamentaux dans la construction d’une vie et d’une identité. Impossible de rester de marbre devant tant d’émotions : alors foncez, et lisez !

60 questions étonnantes sur la beauté

60 questions étonnantes sur la beauté – Gaëlle Bustin :

Encore une sympathique découverte, grâce à ma médiathèque. Cette nouvelle collection, In Psycho Veritas, consacre plusieurs ouvrages à l’exploration scientifique de thèmes variés, tels que l’amitié, l’alimentation, la musique, etc. J’ai opté pour celui sur la beauté puisque ça m’a rappelé mes cours de philosophie en classe prépa : la Beauté et l’Art, la Beauté et la Vérité, la Beauté et le Bien…

L’avantage c’est qu’avec ces 60 questions insolites, l’analyse du sujet s’élargit encore davantage et aborde des horizons beaucoup plus pragmatiques, parfois même loufoques. Mais toujours avec une rigueur scientifique : problématique, méthode, résultats, conclusion. Et évidemment, pour aller plus loin, l’étude ayant servi de source est citée.

science

Aurait-on tendance à élire un candidat en fonction de son apparence physique ? Un physique avantageux nous rend-il heureux ? Une belle femme vote-t-elle davantage à droite ? Un plat bien présenté influence-t-il la perception que vous avez de son goût ? Voici quelques-unes des questions auxquelles des scientifiques du monde entier ont très sérieusement tenté d’apporter une réponse.

Vous ne serez pas au bout de vos surprises… en tout cas cet ouvrage m’a donné envie de lire les autres livres de la collection.

Lonely planet

Bruges et Bruxelles en quelques jours – Helena Smith

Et pour finir, cerise sur le gâteau : un guide touristique ! Parce qu’on a été vraiment contents de notre week-end (spécial anniversaire de Jérémy) et que ces petits guides de poche très pratiques nous accompagnent à chacun de nos séjours à l’étranger. On commence à les collectionner : Rome, Barcelone, et maintenant Bruxelles. En plus celui-ci est 2-en-1, on pourra s’en resservir lors d’un prochain séjour à Bruges.

On apprécie particulièrement les bonnes adresses classées par quartier : restaurants, snacks, bars, salles de concerts. En plus des incontournables musées à visiter. Les plans sont lisibles, les infos pratiques sont très utiles lors de la préparation du voyage. Gros bonus : les auteurs s’efforcent vraiment de mettre en valeur les pépites locales, hors des sentiers battus.

travel

Avis aux globe-trotters : vous ne serez pas déçus ! Même s’il arrive parfois qu’une des enseignes recommandées n’existe plus, les guides sont mis à jour régulièrement. Ce qui limite le risque de se retrouver affamé devant un rideau baissé après de longues heures de marche.

Et voilà, c’est tout pour ce joli mois de septembre. Le mois prochain je consacrerai ma chronique à un genre particulier, saurez-vous deviner lequel ? En attendant, bonne lecture !

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.