Accueil Développement durable Les dessous du numérique – Ep. 2 : Pigeon… ou consom’acteur ?
Pigeon ou consom'acteur

Les dessous du numérique – Ep. 2 : Pigeon… ou consom’acteur ?

par Louise PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Vous n’en avez pas marre des injonctions constantes ?

  • « La planète est en danger, sauvons-là ! »
  • « Chaque petit geste compte, tout le monde doit faire sa part. »
  • « C’est à toi d’agir dès maintenant, sinon il sera trop tard. »
  • « Si tu ne renonces pas à l’avion / la côte de bœuf / la console dernier cri, tu es une mauvaise personne ! »

En tant que citoyenne et consommatrice, j’ai l’impression qu’on me fait (un peu trop) souvent porter une sacrée responsabilité sur les épaules. Et c’est plutôt frustrant.

Car certaines structures privées – voire même des pans entiers de l’industrie et des services – ne se privent pas d’accuser les consommateurs. C’est plus facile de blâmer les comportements individuels que de remettre en cause toute une logique organisationnelle. Pendant ce temps, on peut tranquillement continuer à exploiter les hommes et la planète / polluer à volonté / repeindre le logo en vert (pour faire bonne mesure).

De l’intérêt personnel du consom’acteur

Intérêt personnel du consom'acteur

Je peux trouver ça injuste, avoir l’impression de me faire avoir. Refuser de remettre en question mes habitudes tant que les gros poissons ne se mobilisent pas davantage. Pourtant, le fait est là : que ça nous plaise ou non, nos choix et nos actes ont vraiment des conséquences. Par exemple limiter l’impact écologique des équipements électroniques, ça passe (aussi) par nous. De pigeon à consom’acteur… il n’y a parfois qu’un pas.

L’avantage ? Nos intérêts personnels et la défense du bien commun se rejoignent plus souvent qu’on ne le pense. Pour preuve, ces situations banales qui se produisent chaque jour, tout près de chez nous…

*Seuls les prénoms ont été modifiés.

  • S…, 48 ans, achète au prix fort le dernier smartphone à la mode. Il décide aussi de se passer d’accessoires de protection. Il casse son écran au bout de 3 jours.
  • P…, 19 ans, remplace son PC défectueux sans vérifier sa garantie – encore valable pendant 6 mois.
  • B…, 36 ans, accumule les programmes et les fichiers sur son ordinateur sans jamais libérer d’espace. Quelques mois plus tard, sa machine est devenue extrêmement lente et peu pratique à utiliser.
  • C…, 54 ans, se débarrasse de sa tablette qui se décharge beaucoup trop vite. Un remplacement de la batterie chez le réparateur aurait suffi à la rendre à nouveau opérationnelle, pour un prix raisonnable.

Bref, vous voyez le tableau. Les économies pour notre portefeuille sont aussi des économies de ressources et d’énergie. Un peu de bon sens, d’organisation au quotidien : voilà de quoi éviter de perdre notre temps, notre argent ET de limiter un vaste gaspillage.

La To-do list du parfait petit consom’acteur

En résumé, rien de bien sorcier. La liste que je vous propose ci-dessous n’est pas spectaculaire. Mais elle nous permet à tou·te·s de faire une vraie différence, grâce à un principe simple : la force du nombre.

A l’achat :

Achat
  • Choisissons des équipements d’occasion : reconditionnés, revendus en direct ou même donnés.
  • Privilégions les marques qui prennent des engagements. Par exemple : Fairphone et sa facilité de remplacement des pièces défectueuses.
  • Un nouvel indice de réparabilité est entré en vigueur en janvier 2021 : utilisons-le pour choisir nos équipements.
  • Rappelons-nous qu’un premier prix est rarement un gage de bonne qualité – et donc de durabilité.
  • Des labels dédiés aux équipements électroniques existent : pensons à les consulter. Par exemple : EPEAT et TCO.
  • Questionnons-nous sur les fonctionnalités proposées, mais aussi sur nos propres usages. Je pense notamment aux objets « intelligents », constamment reliés au réseau et qui collectent des quantités démesurées de données.
  • Résistons aux effets de mode.

A l’utilisation :

Usage

En fin de vie :

Fin de vie
  • Lorsqu’ils arrivent en fin de vie, confions-les à une filière spécialisée ou à des associations solidaires.
  • Faisons entendre nos voix et dénonçons les abus constatés, directement auprès des marques ou sur les réseaux sociaux.

🔥 Prêt·e à cocher toutes les cases de cette liste pour devenir consom’acteur ? Envie de la compléter pour nous aider, tous et toutes, à devenir encore plus parfait·es ? Direction : les commentaires ! J’ai hâte de les lire…

1 commentaire

Nicolas Jean-Marie 17 mars 2021 - 22 h 23 min

Toute la chaîne logistique devrait évoluer pour anticiper les difficultés d’approvisionnement en matériaux de construction (métaux, mais aussi matériaux de construction de bâtiments). Le recyclage a de l’avenir pour fournir une source de matière à valoriser. La conception des objets devrait intégrer le besoin de déconstruction en fin d’utilisation.
Le sinistre de OVH à Strasbourg (incendie du datacenter) nous montre que le mot virtuel ne représente qu’une petite part de ces activités bien réelles dans le monde physique avec tout ce que cela peut générer comme effet sur l’environnement.

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.