Accueil Développement durable En France, une partie du plastique à usage unique vit ses derniers instants
Plastique à usage unique

En France, une partie du plastique à usage unique vit ses derniers instants

par Louise PASTOURET

Saurez-vous trouver le point commun entre les éléments de cette liste ?

  • Boissons en bouteilles
  • Café en gobelet et sa touillette
  • Salade à emporter avec couverts inclus
  • Granité fourni avec paille
  • Boîte de cotons-tiges
  • Pommes emballées dans un sachet plastique

C’est facile : ils comportent tous des éléments en plastique à usage unique. Souvent, la durée de vie de ces petits objets ne dépasse pas soixante minutes. Dans le meilleur des cas, ils finissent dans une poubelle – de tri ou ménagère, s’ils sont recyclables ou non. Mais bien trop souvent, ils salissent les trottoirs avant d’être emportés dans la nature. Leur intérêt est donc extrêmement limité. D’autant plus qu’il existe désormais de nombreuses alternatives pour se passer des accessoires en plastique qui ont envahi notre vie quotidienne.

Heureusement, la loi française intervient depuis maintenant quelques années afin de limiter le recours systématique à ces « plastiques express ». Voici un petit tour d’horizon des mesures qui sont déjà entrées en vigueur – ou le seront prochainement.

Bref récapitulatif de la législation en France :

En 2016, l’entrée en vigueur de la loi sur la transition énergétique a interdit les sacs en plastique distribués aux caisses des supermarchés. Puis en 2017, l’ensemble des sacs en plastique.

Toujours selon la loi, d’autres ustensiles seront également interdits dès l’année prochaine (en 2020). « Au plus tard le 1er janvier 2020, il est mis fin à la mise à disposition des gobelets, verres et assiettes jetables de cuisine pour la table, pailles, couverts, piques à steak, couvercles à verre jetables, plateaux-repas, pots à glace, saladiers, boîtes et bâtonnets mélangeurs pour boissons en matière plastique, sauf ceux compostables en compostage domestique et constitués, pour tout ou partie, de matières biosourcées. »

Enfin, le « Plan biodiversité » annoncé le 4 juillet 2018 par le gouvernement vise explicitement le plastique à usage unique. En effet, celui-ci prévoit dès 2020 la suppression des « sacs en plastique, coton-tige, assiettes, gobelets, tasses, verres, pailles, contenants en polystyrène expansé pour la consommation nomade et microbilles dans les cosmétiques rincés« . Puis, dans un deuxième temps (d’ici à 2022), celle des « agitateurs pour boisson, couverts et tiges en plastique pour ballons de baudruche« .

A noter que la France est, pour une fois, pionnière en la matière en comparaison des directives européennes sur le sujet. Même si l’entrée en vigueur de la loi Pacte est en passe de repousser d’un an l’interdiction de certains de ces objets. Sous prétexte d’accorder aux industriels du temps pour s’adapter.

Encore des progrès à faire…

Moralité : autant s’habituer dès maintenant à se passer de ces objets en plastique à usage unique. Puisque de toute façon, ceux-ci seront bientôt interdits à la vente dans notre pays. Bien sûr, le chantier est vaste. De nombreuses mesures pour limiter le recours au « tout plastique » devront encore être inscrites dans la loi. En effet, il s’agit d’un réflexe profondément ancré chez certains acteurs économiques. Je pense notamment à la grande distribution. On voit que ces enseignes recouvrent de plastique, avec une obstination remarquable, tous les fruits et légumes bio qui atterrissent dans leurs rayons. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres au royaume de l’emballage superflu.

La bonne nouvelle, c’est que même si les industriels résistent, personne ne nous oblige à acheter leur plastique. La semaine prochaine, je vous proposerai quelques alternatives écolo et stylées pour dire non au plastique à usage unique. Toujours avec classe 🙂

Source : Article de Thierry CHARLES : Plastique à usage « unique » et législation à géométrie « variable ». Publié le 19/02/2019 sur le site Dalloz Actualité.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.