Accueil Cuisine Gastronomes en 1 mois avec une box

Gastronomes en 1 mois avec une box

par Louise PASTOURET

Changer de vie, c’est agréable d’y penser de temps à autre. Mais modifier ses habitudes et mettre les mains dans le cambouis, c’est nettement moins évident. Concrètement, qu’est-ce qu’on peut faire bouger ? Trouver un nouveau job, rencontrer des personnes sympathiques, faire du sport, manger mieux, sauver les ours polaires… pas besoin de choisir, on peut commencer par des domaines qui nous plaisent et transformer progressivement tous les aspects du quotidien. Tester une box culinaire pour apprendre à mieux manger, par exemple.

On a donc appliqué ce principe à notre alimentation, parce qu’on adooore manger… mais pas forcément bien. « Bien » dans le sens où l’on sait pertinemment qu’il vaut mieux acheter ses légumes bios au petit producteur local, et mitonner amoureusement une ratatouille maison, que de se ruer sur les surgelés de l’hyper du coin. Sauf que bonne grosse flemme oblige, c’est devenu le réflexe au quotidien. Comment faire pour changer cette habitude ? Grâce au miracle de l’e-commerce et de la gastronomie combinés : la box culinaire.

La Kitchen Box

Le principe des box est bien connu désormais : pour une somme plus ou moins élevée en fonction du contenu, on reçoit chaque mois un joli colis rempli de machins sympathiques. Généralement les créateurs de box font l’effort de se creuser les méninges pour trouver un thème différent tous les mois. Le phénomène a commencé avec les box beauté, puis le format s’est diversifié dans toutes sortes de domaines, des produits du quotidien aux objets carrément loufoques. Lingerie, articles pour animaux de compagnies, bonbons, rasoirs, bijoux… chacun peut y trouver son bonheur.

De notre côté, on a décidé de se lancer dans ce défi culinaire avec la box Kitchen Trotter. Pourquoi celle-là parmi tant d’autres ?
1) avouons-le : on s’est fait avoir par la pub. De passage à Paris, de grandes affiches dans le métro nous ont suffisamment interpellés pour qu’on dégaine le smartphone de la poche afin d’en savoir plus (eh non, nous ne sommes pas partenaires).
2) bien que dingues de week-ends et de séjours à l’étranger, souvent toute envie d’escapade se cogne à la réalité d’un compte en banque dégarni… là au moins, on peut voyager sans bouger de la maison en concoctant des petits plats typiques de pays lointains.

Le défi, pour deux habitués des cordons bleus de supermarchés, consiste à réaliser les 4 recettes proposées en l’espace d’un mois (soit avant que la prochaine box n’arrive au point relais). Fastoche direz-vous… eh bien pas tant que ça.

Avec la première box, que nous avons reçue en février, les recettes de la Martinique sont à l’honneur.
En entrée : des accras de cabillaud.
En plats principaux : poulet roussi à la créole, et colombo de patates douces.
Et en dessert : du blanc-manger.

Blanc-manger

Blanc-manger

Facilité : 💚💚💚💚💚 Effet Wow : 🧡🧡💢💢💢

Le dessert, c’est le plus facile, la préparation est fournie dans la box : il suffit d’ouvrir la boîte et de suivre les instructions sur le paquet, aussi simple que de faire cuire du riz (encore que… on se souvient tous de l’état de la plaque de cuisson la première fois qu’on a tenté autre chose que des lasagnes surgelés). On émiette quelques gâteaux secs sur le dessus et le tour est joué !

Les accras de cabillaud

Accras

Facilité : 💚💢💢💢💢 Effet Wow : 🧡🧡🧡🧡💢

Par opposition au dessert, l’entrée est le plat que nous avons eu le plus de mal à réaliser. Tout simplement parce qu’en bons carnivores, le simple fait d’aller acheter le poisson pour la recette paraissait nettement au-dessus de nos forces… peut-être à cause de souvenirs d’enfance : « arrête tes caprices et mange ton poisson ! Comment ça il est plein d’arrêtes ? Mais pas du tout, regarde, je l’ai bien fini moi ! » Ou simplement pour éviter l’odeur de la poissonnerie. On en a tellement peu l’habitude que les « Authentiques accras de cabillaud » se transforment par erreur en « Authentiques accras de colin ». La partie la moins sympathique de la recette consiste à saisir à pleines mains les filets mi-cuits et tout flasques… et passer un certain temps à les émietter méticuleusement. Après avoir réalisé un savant mélange avec la farine et les épices fournies dans la box, il faut être patient et laisser reposer la préparation 1h au frigo. Puis arrive la partie périlleuse : l’huile bouillante exige un bon timing et une certaine dextérité, pour ne brûler ni les accras, ni les doigts qui traînent ! La récompense ? Une odeur qui met l’eau à la bouche, des boules de pâte dorées et croustillantes, et une petite victoire personnelle à savourer.

Le poulet roussi à la créole

Poulet roussi à la créole

Facilité : 💚💚💢💢💢 Effet Wow : 🧡🧡🧡🧡🧡

LA recette qui donne l’impression d’être un Bocuse des fourneaux, c’est le poulet roussi à la créole. Une explosion d’odeurs et de couleurs, et des mélanges bizarres pour les non-initiés : de l’huile avec du sucre de canne avec du citron vert avec du concentré de tomate avec du piment avec du bouillon de poule (etc…). Il faut faire mariner, laisser reposer, faire du caramel, laisser dorer, faire mijoter… c’est sûr que c’est moins évident que de percer une barquette à la fourchette puis de la réchauffer 2min30 au micro-ondes à 900 watts. Il faut bosser dur et être patient, mais le résultat parle de lui-même.

Colombo de patates douces

Colombo de patates douces

Facilité : 💚💚💚💚💢 Effet Wow : 💛💛💛💢💢

Enfin, le colombo de patates douces met tout le monde d’accord puisqu’il s’agit d’un plat végétarien. Assez facile à réaliser, hormis la partie épluchage qui s’avère toujours laborieuse. Lors d’une précédente tentative – sans filet – de plat exotique, on s’était fait avoir par ce légume particulier : à éviter donc, les patates douces à chair blanche, qui sont fadasses et filandreuses. Ce qui crée un petit suspense au supermarché : vues de l’extérieur, impossible de distinguer les patates blanches des patates oranges. On s’en est sortis en grattant discrètement la peau… et finalement le goût était au rendez-vous. En bonus, le pot de pâte à colombo permet de réaliser plusieurs recettes, donc de tester des variantes.

Moralité : défi réussi, avec un peu de retard… on a été suffisamment convaincus par cette première box de février pour s’abonner pendant 6 mois ! A la clé, un vrai changement dans nos habitudes alimentaires ? Sans bouder la soirée pizza de temps en temps, on aura eu le mérite de faire un premier pas vers une alimentation moins industrielle.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.