Accueil Développement durable Initiation à la permaculture avec Grégory Derville
La Permaculture - Grégory Derville

Initiation à la permaculture avec Grégory Derville

par Louise PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Autant annoncer tout de suite la couleur : il y a quelques semaines, j’étais une parfaite ignare en matière de permaculture. La première fois que j’ai entendu cette expression, c’était il y a quelques années, quand j’ai découvert le film Demain.

Petit aparté : si ce titre ne vous évoque rien, commencez par lire ma présentation, puis débrouillez-vous pour voir ce film dès que possible ! C’est tout simplement le point de départ de nos interrogations sur notre mode de vie. Puis de la mise en œuvre progressive dans notre quotidien de solutions respectueuses de la planète. Depuis bientôt deux ans, c’est donc un film qui a beaucoup inspiré ce blog, finalement…

Pour en revenir à la permaculture : j’en ai eu un aperçu grâce au film Demain, en particulier avec la séquence consacrée à la ferme du Bec Hellouin. Partant du principe que vous êtes aussi novices que moi dans ce domaine, je vous invite à découvrir ces images :

« La nature arrive à produire des écosystèmes hyper-riches sans boulot, sans énergies fossiles, sans intrants. »

« Une conception d’installations humaines durables et harmonieuses, qui s’inspire beaucoup de la nature. »

« Pour toute la partie culture, plus une goutte de pétrole n’est utilisée. »

« Ce qui est fascinant en permaculture, c’est que ce modèle est plus productif avec pratiquement pas de recours aux énergies fossiles. »

« On a fait une partie du job, la nature a fait le sien, tout ça en vue de créer de l’abondance. »

Ces phrases entendues dans la vidéo permettent d’entrevoir quelques-uns des principes de la permaculture. Je vous propose maintenant d’approfondir le sujet.

« La Permaculture – en route pour la transition écologique », par Grégory Derville

Début février, j’ai eu l’occasion de découvrir cet ouvrage entièrement consacré à la permaculture. Je l’ai emmené partout avec moi pour le lire dès que j’en avais l’occasion : dans la salle d’attente du médecin, dans le train, et sur le balcon dès qu’il y avait un rayon de soleil. J’avais envie de prendre mon temps pour bien comprendre les concepts présentés dans ce livre.

La permaculture, remède à la crise écologique ?

Dans son introduction, l’auteur réalise un état des lieux de notre environnement et de nos sociétés tels que nous les connaissons actuellement. A cette occasion il met en lumière leurs fragilités, et montre qu’elles ne feront que s’accentuer puisque nous traversons actuellement une période de crise écologique. L’objectif n’est pas de s’en tenir à un constat pessimiste, mais au contraire de prendre conscience de certaines failles… et du fait que la permaculture permet justement d’apporter des solutions à ces problèmes.

Théorie et pratique

L’ouvrage de Grégory Derville se divise ensuite en plusieurs chapitres, en commençant par les concepts théoriques puis en abordant certaines applications pratiques.

La première partie du livre est consacrée aux éthiques de la permaculture, valeurs fondamentales sur lesquelles elle repose. Ce chapitre permet ainsi de mieux saisir l’esprit, l’essence, les caractéristiques de cette démarche. Ainsi, en permaculture, il s’agit : « d’être attentif à la nature », d’être attentif à l’humain » et « de prendre notre juste besoin et redistribuer les surplus ».

Dans une seconde partie, l’auteur développe les principes de la permaculture. Ceux-ci découlent d’une observation attentive de la nature qui nous entoure, et de ses lois universelles. C’est l’étape suivante : ces principes constituent des fils conducteurs pour agir, dans le respect des éthiques de la permaculture. En voici quelques exemples : « collecter, stocker et optimiser l’énergie », « n’intervenir que quand c’est nécessaire », « privilégier les solutions lentes » ou encore « favoriser la diversité ».

La troisième partie de l’ouvrage se veut plus pratique. En effet, nous en apprenons davantage sur les techniques et les outils en permaculture. Au lieu de dresser une liste exhaustive de tout ce qu’un permaculteur pourrait utiliser, Grégory Derville préfère présenter leurs caractéristiques globales. Par exemple mieux vaut privilégier le low-tech (technologies douces), et toujours tenir compte de notre propre contexte pour choisir l’outil le mieux adapté.

Enfin, le livre se termine par une présentation du design permaculturel. Il s’agit d’un véritable guide pour imaginer et aménager son projet. L’auteur développe ici le processus de conception d’un site plutôt vaste, tel qu’une ferme. Mais sa méthode peut s’appliquer à des projets de taille plus modeste. Elle fournit en tout cas des repères importants pour toute mise en œuvre d’initiatives en permaculture.

Potager permaculture

Bon sens, lâcher-prise et réflexion

A la réflexion, ce qui se dégage de cet ouvrage, c’est tout simplement du bon sens. L’expression « avoir les pieds sur terre » semble ainsi avoir été inventée pour la permaculture. L’observation de la nature est également une notion clé. Si l’on sait comment notre environnement fonctionne, on peut alors s’en inspirer. En partant du principe que la nature se débrouille toujours de manière optimale, s’en servir comme modèle garantit à la fois de gagner du temps et d’améliorer nos résultats, quels qu’ils soient (au sein d’un projet permaculturel).

Dans un deuxième temps, ce qui peut surprendre, c’est l’importance accordée au lâcher-prise dans le cadre d’une réflexion permaculturelle. Inutile d’en faire des caisses et de se casser le dos à l’ouvrage alors que la nature fait très bien son œuvre. Parfois (et même souvent), la meilleure chose à faire est de ne pas agir. Prendre patience, et laisser faire : voilà quelque chose qui bouscule nos habitudes de contrôle, d’action systématique et de rythme effréné.

Enfin, la part accordée à la réflexion est primordiale. Les neurones plutôt que l’huile de coude ! Observation, analyse, évaluation sont au cœur de la démarche. Le permaculteur ne fonce pas tête baissée : il prend d’abord le temps de réfléchir. Ceci laisse davantage de place aux considérations de long terme, à l’encontre de la « logique » actuelle de la plupart des organisations.

Serre permaculture

En conclusion

Je pense que ce livre constitue une excellente introduction à la permaculture. La démarche de l’auteur est pédagogique : les propos théoriques sont systématiquement imagés par des exemples concrets, ce qui permet de se faire une idée précise de la notion abordée et de mieux l’assimiler. De plus l’ouvrage est abondamment illustré avec de nombreux dessins, photos, et schémas variés. Il est également enrichi de liens vers des médias complémentaires, facilement accessibles grâce aux QR Codes imprimés sur certaines pages.

Dans son ouvrage, Grégory Derville aurait pu présenter la permaculture comme un ensemble de préceptes stricts et contraignants. Au contraire, il révèle son essence et ses valeurs – sans jamais cacher qu’il s’agit d’un processus exigeant. Ni bisounours, ni rabat-joie, il a su trouver la bonne manière de mettre la permaculture à la portée de tous.

Pour finir voici une courte vidéo de l’auteur, qui répond à quelques questions :

Informations pratiques :

« La Permaculture – en route pour la transition écologique », par Grégory Derville.

Paru aux éditions Terre Vivante le 23/01/2018 – 207 pages –25€.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.