Accueil Entrepreneuriat Jouer avec le Patrimoine pour dynamiser le centre-ville

Jouer avec le Patrimoine pour dynamiser le centre-ville

par Louise PASTOURET
Publié : Mis à jour le

L’un des avantages les plus appréciables lorsqu’on travaille en freelance, c’est la liberté d’organiser son temps comme on le souhaite. Les boutiques et administrations, auparavant inaccessibles (car ouvertes seulement pendant les heures de bureau), se retrouvent tout à coup à portée de main. Et les événements intéressants aussi : salons, conférences, rencontres, présentations, etc. A moi la vie culturelle !

Et ça tombe bien : en cette fraîche matinée de décembre 2016, j’ai pu assister à un événement mêlant culture et business à la mairie d’Avignon. Plusieurs startups de la région, chapeautées par la French Tech Culture, sont venues présenter leur produit/service, et leur business model. Le point commun de ces 7 jeunes entreprises ? Mêler la culture et les nouvelles technologies, dans des domaines très différents. L’une de ces initiatives m’a particulièrement interpellée : elle est portée par la start-up Jouer avec le Patrimoine. J’en parle en détail dans un instant, mais je tenais quand même à mentionner les autres entreprises présentes ce jour-là :

  • My Vizito : une application qui propose des visites au touristes, en fonction de leur profil. Testée avec succès dans la ville de Nice, et bientôt disponible à l’aéroport grâce à deux bornes prochainement mises en service.
  • Astragale Connect : des balises Bluetooth intégrées dans des pierres, qui s’insèrent dans les bâtiments sans les défigurer. Elles permettent aux visiteurs d’accéder aux informations culturelles via leur smartphone.
  • Schoool : un outil en ligne qui propose aux établissement scolaires d’optimiser leur gestion administrative, souvent chronophage. En somme, moins de paperasse et plus de temps consacré à l’enseignement.
  • Mangroov : un réseau social équitable du livre. L’objectif : concilier e-commerce et librairies traditionnelles, créer une marketplace solidaire et tisser un réseau entre les différents acteurs de ce secteur.
  • Vaka : une application web qui recherche des contenus intéressants en fonction de vos centres d’intérêts, les poste automatiquement sur les réseaux sociaux et analyse la portée des publications.
  • Ani Comic : une application mobile qui permet aux créateurs de BD de publier leur histoire en ligne, et de la diffuser auprès des lecteurs de la communauté.
  • Et enfin Jouer avec le Patrimoine, une start-up composée de trois personnes basée à Nîmes.

Un problème…

L’équipe est partie d’un constat simple : de plus en plus de centres-villes sont désertés par les commerces. Or les locaux disponibles sont rarement mis en valeur. Les vitrines sont recouvertes d’un enduit blanc ou de papier kraft, maculées d’affiches, de flyers et de graffitis. Le résultat est disgracieux, et un véritable cercle vicieux s’enclenche : les rues attirent moins de passants, les commerces restants font faillite, les locaux vides vieillissent mal et n’incitent pas d’éventuels repreneurs à les louer. Bref, les zones commerciales périphériques profitent d’une fréquentation élevée et font des affaires florissantes… tandis que le cœur des villes se vide et se dégrade.

…une solution !

La solution trouvée par Jouer avec le Patrimoine est simple et géniale à la fois. Comme son nom l’indique, l’entreprise propose de recouvrir ces vitrines laissées à l’abandon avec de grandes photos qui mettent en valeur le patrimoine régional. Les passants peuvent alors admirer le visuel et lire les informations associées pour en savoir plus. Certains auront sûrement envie de visiter ce beau musée au cours de leur séjour, alors qu’autrement ils seraient passés à côté.

Les éléments relatifs au local en lui-même sont également affichées sur la devanture. Les personnes intéressées peuvent accéder aux informations sur le bien en ligne grâce à un QR code, pour le plus grand plaisir des propriétaires de biens immobiliers dont le but est de retrouver un locataire rapidement.

Finalement, c’est tout un parcours culturel qui peut se créer, dans des rues auparavant mornes et sans grand intérêt. Cette mise en valeur du patrimoine constitue une formidable opération de publicité pour les musées locaux, ainsi que pour d’autres lieux culturels dignes d’intérêt. Ce jeu de piste à visée culturelle peut s’adapter aux enfants grâce au développement de contenus ludiques, accessibles sur smartphone.

Par ailleurs, les marques qui le décident peuvent apposer leur logo sur ces vitrines, devenant ainsi des mécènes modernes et connectés. Ce qui génère des revenus publicitaires en supplément pour la startup.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai eu un véritable coup de cœur entrepreneurial ! J’espère que cette excellente idée prendra rapidement son essor. C’est bien parti puisque la startup a récemment embelli sa première vitrine à Avignon. Je vous laisse découvrir les photos d’avant/après sur leur page Facebook, c’est vraiment bluffant.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.