Accueil Développement durable Objectif zéro plastique dans ma salle de bains ! (4)
Zéro plastiques dans ma salle de bains

Objectif zéro plastique dans ma salle de bains ! (4)

par Louise PASTOURET

C’est parti pour le 4e volet de notre dossier consacré à la salle de bains sans emballages. On récapitule : désormais, vous savez comment limiter les déchets superflus pour :

Poursuivons notre élimination sans pitié des emballages et autres ustensiles à durée de vie très limitée. Aujourd’hui, nous nous intéresserons au dentifrice ainsi qu’aux protections hygiéniques.

Mon dentifrice :

Le dentifrice, c’est un peu comme le shampooing ou le gel douche : un produit semi-liquide difficile à commercialiser tel quel. Certaines boutiques (bio) commencent à les vendre en vrac, au litre. Mais dans l’immense majorité des cas, lorsqu’on recherche du dentifrice, il se présente sous forme de pâte. Et celle-ci est conditionnée dans des tubes plastiques qui ne sont pas recyclables.

Et là j’ai envie de vous dire : même problème ? Même solution ! On passe à la forme solide. Oui, car le dentifrice solide répond au problème des emballages superflus et non recyclables. De toute façon, ce n’est qu’un « complément au brossage qui peut se faire sans dentifrice, celui-ci est secondaire comparé à l’action mécanique du brossage sur la santé bucco-dentaire » (merci Wikipédia). On y apprend également qu’un dentifrice classique peut contenir des micro-plastiques ; raison de plus pour changer ses habitudes. Surtout quand le brossage des dents est recommandé au minimum deux fois par jour.

Meilleurs pour l’environnement et pour votre santé : plus aucune raison d’hésiter. Voici trois marques françaises qui fabriquent des dentifrices solides et les vendent sur leur boutique en ligne. Rendez-vous également dans votre magasin bio préféré, il y en a sûrement en rayon.

  • Lamazuna : trois dentifrices solides sont disponibles sur la boutique en ligne. Parfums au choix : menthe poivrée, sauge-citron ou cannelle. Poids : 17g, prix : 8€50, pour un total de 11 ingrédients (parfum menthe poivrée).
  • Belice : la marque propose un dentifrice solide sous forme de galet à la menthe poivrée. Poids : 18g, prix : 4€, pour un total de 7 ingrédients.
  • Pachamamaï : trois options différentes, toujours sous forme solide : fruits rouges, charbon et menthe. Ici, les dentifrices solides sont vendus avec leur boîte de transport en métal. Bémol : les recharges sont emballées dans du plastique. Poids : 20g, prix : 12€ (9€90 pour la recharge), pour un total de 12 ingrédients (parfum menthe).

Mes protections hygiéniques :

Ces dernières années, moult scandales concernant les protections hygiéniques ont éclaté. Il y a bien sûr cette sombre histoire de composants plus que douteux – et toujours aussi mystérieux (puisque rien n’oblige les fabricants à les indiquer sur le paquet). Sans parler de leur prix… sachant qu’une femme aura ses règles 500 fois en moyenne dans sa vie, le budget consacré aux protections hygiéniques à elles seules se chiffre entre 1500 et 2000€. Tout ça pour des tampons ou des serviettes qui partiront directement à la poubelle au bout de quelques heures d’utilisation.

Mais comment faire autrement ? Il est indispensable d’avoir accès aux protections hygiéniques pour vivre correctement la période des règles. C’est une question basique de santé et de dignité. Alors comment se protéger au moment des règles, sans laisser derrière soi une montagne de déchets ? On en revient au même système que pour les lingettes démaquillantes : à savoir, passer du jetable au lavable.

En effet, il est désormais possible de protéger ses sous-vêtements avec des protections lavables. Ou encore d’opter directement pour une culotte de règles avec protection intégrée. Les plus habiles de leurs mains peuvent aussi fabriquer leurs protections ou leurs sous-vêtements à la maison : de nombreux tutoriels sont disponibles sur le web.

Voici deux marques françaises qui fabriquent des protections hygiéniques lavables :

  • Dans ma Culotte (entre 15€ et 19€ pour une serviette hygiénique lavable)
  • Plim (entre 17€ et 21€)

Et deux autres (toujours françaises) qui proposent des culottes de règles :

  • Fempo (entre 32€ et 37€ pour une culotte de règles lavable)
  • Réjeanne (entre 34€ et 59€)

En ce qui concerne l’entretien de vos protections hygiéniques lavables, pas de prise de tête. Un rinçage à l’eau froide, puis direction la machine à laver pour un cycle à 30°.

En conclusion… une salle de bains zéro déchet, c’est possible !

Voilà qui conclut cette série zéro déchet dans la salle de bains. Il ne vous reste qu’à remplacer le gobelet en plastique qui traîne sur votre lavabo par un récipient en verre, et le tour est joué. Alors vous pourrez dire fièrement : « Ciao les déchets ! Bye-bye le plastique !« . Vous verrez, ce n’est pas si compliqué de prendre de nouvelles habitudes bonnes pour la planète 😉

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.