Overdose de cookies sur le Web : leur impact écologique passé sous silence

Sur Internet, mieux vaut faire attention à sa ligne

Les cookies tracent notre activité sur le web. Ils sauvegardent nos connexions, affichent des publicités ciblées, et cherchent à créer une navigation personnalisée. La contrepartie ? Un coût écologique conséquent. Car des milliards de données personnelles se retrouvent stockées dans des serveurs. Tandis que des algorithmes plus ou moins complexes travaillent sans relâche pour dénicher les contenus susceptibles de vous plaire.

Cookies : quand les bonnes intentions se transforment en problèmes

Photo : Sigmund

Aux origines du Web, les cookies ont été conçus pour un simple besoin : conserver les information de connexion d’un utilisateur sur un site donné. Les données stockées par les cookies et gardées en mémoire par le navigateur peuvent être réutilisées par le site lors des visites suivantes. A priori, il s’agit donc d’un outil qui facilite la vie de l’utilisateur : cela lui permet de ne pas refaire toujours les mêmes opérations.

Un cookie n’est donc pas problématique en soi. Le souci, c’est que ces petits fichiers ont subi des modifications au fil des ans. Ils ont ainsi été transformés pour gérer les nouveaux besoins des publicitaires, médias, services marketing… c’est notamment le cas lorsqu’ils servent à pister les internautes et à analyser leur comportement en ligne.

Finalement, nos navigateurs Web exécutent les ordres des développeurs… qui suivent les instructions de leur entreprise : patron, service marketing, service commercial, etc. En conséquence, ces navigateurs récupèrent, transmettent et suppriment un nombre conséquent de cookies aux missions variées, de différentes tailles et aux dates d’expiration diverses.

En résumé : pour notre bien (ou non), les cookies permettent aux sites d’agréger une quantité importante de données sur nous.

Indigestion énergétique et environnementale

Photo : Christina Branco

Toutes ces informations sont analysées par des humains, afin de concevoir des algorithmes ou des intelligences artificielles. Par exemple lorsqu’un pattern (modèle) comportemental apparaît, les développeurs s’en servent pour concevoir et déployer de nouveaux algorithmes au service des entreprises.

Les données collectées sont ensuite conservées par les sociétés qui gèrent ces sites, et donc stockées sur un nombre incalculable de disques durs à travers la planète. Souvent, ces données sont dupliquées pour conserver des sauvegardes, en cas de catastrophe (comme un incendie…). Vos données peuvent également être revendues, ou fuiter sur Internet…

Finalement, ces informations sont souvent copiées mais quasiment jamais supprimées. Elles s’empilent à l’infini dans des systèmes de stockage. Ce qui contribue en partie à transformer le Web en décharge remplie de données obsolètes.

Dernière étape du processus : ces machines tournent jour et nuit. Elles compilent, intègrent les nouvelles données entrantes, et calculent en continu des indices de pertinence. Elles analysent votre réponse aux nouveaux articles, posts, commentaires, publicités, etc. Et elles renforcent le lien entre votre profil et votre comportement face aux contenus qui vous sont proposés.

Résultat : beaucoup d’énergie dépensée pour vous faire consommer des contenus ciblés. L’objectif : vous faire passer le plus de temps possible sur votre smartphone / ordinateur. Et vous gaver de publicités conçues pour vous pousser à l’achat.

De quoi réfléchir à deux fois avant de cliquer sur « J’accepte tous les cookies ».

Photo de couverture : engin akyurt

Articles Similaires

Comment sauvegarder vos sites, serveurs… sans exploser la facture énergétique

Parent et écolo : évidence, ou mission impossible ?

OhMyForm – Vos sondages sans GAFAM, écoconçus et installables localement