Accueil Développement durable Parent et écolo : évidence, ou mission impossible ?
Parent écolo

Parent et écolo : évidence, ou mission impossible ?

par Louise PASTOURET

Lorsqu’un enfant paraît… « la joie arrive et nous éclaire » (Victor Hugo – qui a bien raison). Mais lorsqu’il arrive, ce bébé amène aussi avec lui tout un tas d’interrogations. Surtout quand on est un parent qui se veut écolo !

Eh oui, un bébé c’est tout petit mais ça demande beaucoup d’équipement. Comment lui fournir tout ce dont il ou elle a besoin, sans piétiner tous nos principes ?

Cela fait plusieurs mois que nous nous posons cette question. Là où ça devient délicat, c’est quand les heures de sommeil sont réduites de moitié. Quand les proches habitent loin, qu’on n’a que deux mains, et qu’il faut reprendre le travail.

Autrement dit, quand on s’occupe d’un bébé, doit-on sacrifier nos principes sociaux et environnementaux en échange d’une solution pratique ? (Vous avez 4 heures).

A priori, pas de réponse tranchée à cette interrogation. Tout dépend de chaque parent… et de sa motivation du moment. Dans un quotidien aussi chamboulé, chaque petit pas est bon à prendre. Et idéalement, chaque renoncement ne devrait pas s’accompagner d’une dose de culpabilité.

Devenir parent (plus ou moins) écolo au quotidien

Allez, on avoue tout : nous n’avons toujours pas testé les couches lavables. A raison de 5 ou 6 changes par jour, c’est au-dessus de nos forces. Nous avons aussi mis en pause le compostage de nos déchets organiques.

D’un autre côté, nous avons testé au moins 6 marques de couches « écologiques » ou « made in France » ou « non blanchies » (etc). Hélas, le Graal de la couche qui rassemble toutes ces qualités n’existe pas. D’ailleurs, si le récap’ de nos conclusions vous intéresse, dites-le nous dans les commentaires (en vue d’un éventuel article).

Nous avons aussi joué le jeu de l’occasion en récupérant des tapis de jeu, une poussette et un nombre incalculable de bodies en coton. Tous ont appartenu à ma nièce de 7 ans (et ont été utilisés entre-temps par un autre bébé).


A lire aussi : Acheter, est-ce superflu ? L’échange et le don, des alternatives viables

Ensuite, nous avons choisi des biberons en verre. Un peu plus lourds à emmener au parc, mais a priori moins nocifs pour la santé. Quant au lait en poudre qui file à la vitesse de la lumière, nous avons opté pour une marque qui propose des recharges.

On en profite pour remercier notre famille, qui nous connaît bien, pour tous les vêtements de bébé labellisés Oeko-Tex. Ainsi que pour ses premiers couverts en matière composite végétale. Nous sommes très sensibles à ces petites attentions, même si le bébé en question n’en a rien à secouer (pour le moment…)

De l’indulgence… et de la persévérance

En bref : rien de parfait, beaucoup de tâtonnements, et une évolution perpétuelle. A mesure que bébé grandit, qu’on l’apprivoise et qu’on devient parents, de plus en plus de choses peuvent se mettre en place. L’important, c’est le chemin…

Comment vous êtes vous débrouillé·es pour rester écolo après l’arrivée de votre enfant ? Partagez vos astuces et bons plans dans les commentaires ! Racontez aussi vos plus gros fails : on ne vous jugera pas… 😉

Photo de couverture : Lubomirkin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.