Accueil Technologies Partie 1 – AWSome Day Paris 2016

Partie 1 – AWSome Day Paris 2016

par Jérémy PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Mardi 6 décembre, j’ai participé à la journée AWSome Day d’Amazon Web Services. C’est un événement gratuit à destination des professionnels débutants ou experts du cloud, afin d’obtenir des retours d’expériences sur des entreprises qui utilisent le Cloud AWS d’Amazon. Cet événement dure une journée et comporte différentes conférences.

Mais si les termes AWS d’Amazon ou Cloud Amazon ne vous disent rien, je vous conseille vivement de lire mon précédent article, qui révèle la face caché de Amazon.

Certaines conférences de l’AWSome Day se déroulaient en simultané donc j’ai dû faire un choix. C’était assez simple en fait, il y a avait une salle orientée technique et une autre davantage business. J’ai donc choisi la partie technique.

Avant de rentrer dans le détails des conférences techniques, Amazon nous a distribué des goodies sympa. J’ai eu un sticker :

Et j’ai reçu plusieurs T-shirts au look sympa, merci le marketing. Ce sont des T-shirts collectors spéciaux, car j’ai participé au dernier AWSome Day de l’année et ils ont voulu conclure leur tournée comme il se doit.

Devant du Tshirt Amazon
Arrière du Tshirt Amazon

Génial non ? Surtout quand on est super Geek.

Passons maintenant au concret, je ne sais pas si vous nous avez suivis sur Twitter, alors dans le doute je vais illustrer l’article avec quelques photos prises lors de l’AWSome Day.

Pour la partie session d’ouverture, nous étions tellement nombreux qu’ils ont mis deux salles à disposition. Le Speaker se trouvait dans la première ; dans la seconde, un grand écran rediffusait en live ce qui se passait dans la salle d’à côté.

Voici la première slide de la conférence AWSome Day. Et voici également le compte Twitter du Speaker si vous avez envie d’y faire un tour : NuageNinja. Vous y trouverez les coulisses d’un speaker Amazon.

En arrivant dans la salle principale, on vous demande de vous enregistrer pour vous remettre un joli badge à coller sur votre T-shirt, et surtout pour vous envoyer les slides par mail. Malheureusement je ne peux pas les insérer dans cet article, mais ça ne m’empêche pas de vous parler de ce que j’ai retenu.

Pendant la première session nous avons assisté à une grosse présentation d’Amazon AWS, un peu comme ce dont je vous ai parlé dans mon précédent article.

Mais je ne vous ai pas encore parlé de la localisation des DataCenters. Il faut y faire très attention, car en fonction de votre secteur d’activité et du pays dans lequel vous travaillez, vous devez utiliser des Datacenters avec un niveau de sécurité élevé – et installé dans le même pays que votre service.

Voici la carte du monde avec les Datacenters disponibles. Les ronds vert indiquent la localisation des nouvelles régions bientôt disponibles. Il y en aura à Paris (enfin un premier Datacenter Amazon en France) et Ningxia (en Chine).

Concernant les ronds oranges, on peut voir le nombre de zones de disponibilités par région. Par exemple, à Londres, il y a 3 zones de disponibilités. Si vous souhaitez obtenir plus d’informations, je vous conseille de consulter cette page.

Globalement, on voit qu’il y a pas mal de Datacenters. Ceux-ci sont plutôt bien répartis. Une personne dans l’assemblée a demandé pourquoi il n’y a pas de Datacenter en Afrique : le présentateur a répondu qu’au vu des conditions actuelles d’accessibilité à Internet, ce n’est pas envisageable pour le moment.

Nous avons parlé de localisation, mais pas d’accessibilité ni de rapidité. Amazon propose un service qui se nomme :

Amazon CloudFront

Ce service est un réseau de diffusion de contenu (CDN) qui accélère sa livraison. On peut le définir familièrement comme un miroir des données, du cache si on veut.

CloudFront est disponible dans pas mal de régions, vous pouvez accéder à la liste ici. Prenons un exemple : vous êtes à Toulouse et vous souhaitez accéder à un site hébergé à Londres. Vous obtiendrez la donnée rapidement grâce au CloudFront basé à Marseille, qui a une réplication des données provenant de Londres. C’est très intéressant comme système et si vous avez besoin de plus d’information n’hésitez pas à visiter cette page.

Durant la seconde session de l’AWSome Day, le speaker nous a parlé du service :

Amazon Glacier

Ce service permet d’archiver, de geler une grande quantité de données. Par contre, puisque c’est un service qui permet  de congeler vos données, si vous avez besoin de les récupérer il faudra les « décongeler« . C’est-à-dire que le temps de récupération sera beaucoup plus long que pour les données présentes sur Amazon S3. C’est un bémol. Cependant, il s’agit d’un service pour réaliser de l’archivage, donc vous n’êtes pas censé récupérer des données tous les jours.

Enfin bref, le prix de ce service s’établit par Go et comme l’explique bien la page d’Amazon Glacier, le coût démarre à partir de 0.004 USD par Go et par mois. Cela représente (si je ne dis pas de bêtises) 1 centime d’euro par Go et par mois. Ce qui peut être très intéressant si vous êtes concerné par cette problématique : archiver beaucoup de données.

Par contre vous risquez de me dire : « c’est une bonne idée d’utiliser le cloud d’Amazon… mais si je dois envoyer une quantité conséquente de données à Amazon, le transfert va être long. »

Pour répondre à ce problème Amazon propose deux solutions, la première se nomme :

AWS SnowBall

Comme vous avez pu le voir dans la vidéo, Snowball est une valise en métal transportable. Elle est accessible en quelques clics sur la console AWS, et reçue par livreur (comme Chronopost).

Dessus on retrouve un Kindle qui permet d’afficher l’étiquette de livraison ; et lorsqu’on reçoit la mallette, le Kindle sert d’interface utilisateur. Ensuite vous branchez la valise à votre réseau et vous pouvez transférer les données que vous souhaitez stocker sur le cloud (AWS S3) avec une limite de 1Po (pétaoctet)… soit 1 000 To (téraoctet), c’est-à-dire 1 000 000 Go dans une seule mallette. Ce qui permet donc de transférer pas mal de données rapidement. Je vous propose un ordre de grandeur : en considérant qu’on a un bon débit Internet (soit 100 Mbit/s), il faudrait 100 jours pour transférer 100 téraoctets de données. Pour le même transfert, il faudra compter un jour avec deux Snowballs en parallèle. Vous vous demandez surement quel est le poids de la machine. J’ai cherché pour vous, la Snowball pèse 22.5kg et elle peut être soulevée et déplacée par une seule personne.

Evidemment, en termes de sécurité, pas de quoi se faire de souci : les données sont cryptées automatiquement à l’aide de clés de 256 bits et ces clés ne sont pas stockées ni envoyés sur la Snowball. Donc si quelqu’un pique la valise, il ne pourra pas décoder la valise ni avoir accès aux données. Ensuite il faut renvoyer cette valise ; Amazon la connecte à un Datacenter et tout est transmis et accessible dans le cloud. Et ce en un temps record.

Bien évidement, dès que tout est transféré sur AWS Cloud, la Snowball est complètement vidée avec une suppression à plusieurs couches, pour ne pas pouvoir restaurer les données si jamais la Snowball était volée.

En termes de prix, on est sur du 200 USD pour 50 To et 250 USD pour 80 To. Vous avez 10 jours pour tout transférer sinon c’est 15 USD par jours supplémentaires. Trop cool non ?

Niveau design, ça inspire la sécurité 😀. Si vous avez besoin de plus d’informations, je vous conseille de lire cette page.

Mais Amazon ne s’est pas arrêté là : la société a mis au point une version plus grosse avec la SnowMobile qui permet de transporté des péta données, un truc de fou 😉. Elle a été présentée durant le ReInvent : c’est la grand-messe annuelle d’Amazon qui présente ses dernières nouveautés technologiques.

AWS Snowmobile

Si vous êtes bon en anglais, vous avez du comprendre que ce joli camion made by Amazon peut transporter jusqu’a 100 pétaoctets soit 100 Snowballs soit 100 000 To de données… pas mal non ? En termes de temps, le camion met 6 mois a transférer les données contre 26 ans si on les transfère avec un bon débit par Internet.  Par contre, côté prix, je n’ai rien pu savoir : il faut à chaque fois contacter le service commercial. Et si vous voulez plus d’information, je vous propose d’aller faire un tour sur cette page.

L’article est déjà bien long alors je vous propose d’arrêter maintenant cette présentation de l’AWSome Day et de la scinder en deux parties. J’espère que ce genre d’article technique vous plaît, et que vous reviendrez prochainement nous rendre visite pour connaître la suite.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.