Accueil Développement durable Retaper au lieu de jeter : la chaise de jardin en bois
Avant et après

Retaper au lieu de jeter : la chaise de jardin en bois

par Louise PASTOURET

Il y a quelques années, lorsque j’ai déménagé dans le sud de la France, j’ai acheté deux chaises et une table de jardin – il fallait bien commencer quelque part. Quand Jérémy et moi avons emménagé ensemble, ce set de jardin s’est retrouvé sur notre balcon : gel en hiver, canicule en été. Après trois ans de ce traitement, les chaises en bois ne ressemblent plus à grand-chose, même si elles remplissent encore parfaitement leur fonction.

Au lieu de les jeter après ces années de loyaux services, j’ai décidé de leur redonner un coup de frais. Je précise que mes compétences en bricolage sont plutôt limitées (si on exclut le meuble en kit à monter soi-même et l’occasionnel coup de peinture sur les murs pour récupérer la caution). Ça ne m’a pas empêchée de me renseigner sur le web, avant d’acheter quelques fournitures de base au magasin de bricolage. Voici donc un tuto pour (et par) débutant pour apprendre à retaper les objets qui font grise mine.

 

Étape 1 : enlever la vieille peinture et poncer le bois

Il vous faut :

  • un objet ou meuble en bois (en mauvais état)
  • du papier à poncer
  • une vieille brosse à dents / des chiffons
  • de l’huile de coude

La première chose à faire, après avoir constaté les dégâts ? Poncer le bois. Cela permet d’enlever les restes de vieille peinture et de préparer la surface pour la première couche de peinture neuve. L’idéal est de travailler en extérieur, car on met de la poussière de bois partout. Y compris dans les yeux et le nez : alors portez des lunettes de protection et un masque (ou à défaut des lunettes de soleil et un foulard, façon bandit du Far West). Les gants ont également leur utilité, croyez-en mon expérience : les micro-coupures aux doigts sont moyennement agréables.

Munissez-vous d’un morceau de papier à poncer, et armez-vous d’endurance : c’est le moment de frotter, toujours dans le sens des veines du bois. La peinture écaillée s’en va ; ainsi que les aspérités du bois, qui devient lisse au toucher. La différence est visible à l’œil nu.

Bois poncéL’une de ces lattes a été poncée, sauras-tu retrouver laquelle ?

Une fois l’ensemble des surfaces poncées, munissez-vous d’une vieille brosse à dents et frottez le bois pour enlever toute la poussière. Puis passez un coup de chiffon sur l’ensemble du meuble pour éliminer les derniers résidus.

Et voilà, votre vieil objet en bois commence à retrouver un peu de son lustre : vous pouvez passer directement à l’étape 2.

 

Étape 2 : préparer les zones à peindre et appliquer la peinture

Il vous faut :

  • de la peinture « tous supports »
  • un tournevis plat (pour ouvrir le pot de peinture)
  • un pinceau plat et large pour appliquer la couleur de base

En option :

  • du scotch de peintre
  • un pinceau plat et fin pour les motifs
  • un mini-rouleau de peintre en mousse

 

Masquage des zones à protéger

En fonction des objets, il est nécessaire de masquer les parties qui n’ont pas besoin d’être repeintes. Dans mon cas : la structure en métal de la chaise. C’est le moment d’utiliser le scotch de peintre. Cette bande adhésive repositionnable s’applique facilement sur les zones à protéger. Elle n’est pas poreuse : même en cas de coup de pinceau mal placé, la peinture ne traversera pas. L’opération est plutôt fastidieuse ; mais si vous êtes soigneux, vous éviterez les mauvaises surprises. J’ai également choisi de masquer une partie du bois pour faire apparaître un motif, une fois la surface repeinte.

 

Application de la peinture

A présent, on passe à la partie créative, alors éclatez-vous : jaune moutarde, bleu électrique, rose fluo : faites péter les couleurs, oubliez votre bon goût ! Enfin si vous préférez vous en tenir au blanc, c’est bien aussi ;). Appliquez une première couche de peinture, puis laissez sécher. J’ai préféré attendre le lendemain pour passer la deuxième couche, afin que la première soit complètement sèche.

Personnellement, je n’aime pas les traces de poils laissées par le pinceau sur la peinture. Pour contourner ce problème, j’ai passé un coup de rouleau en mousse sur la peinture encore humide pour obtenir une finition plus naturelle.

Puis j’ai enlevé le scotch de peintre pour me rendre compte que la peinture avait bavé le long des bords. Heureusement, j’ai pu enlever les coulures en grattant la peinture sèche avec un cutter. C’est une bonne façon de rattraper les petites bavures pour obtenir un résultat net, si jamais ça vous arrive aussi.

Avant / Après

 

Création des motifs

Pour rappeler la couleur d’origine de la chaise (du même rouge que la structure en métal), j’ai décidé de peindre des rayures rouges de la même largeur que les bandes de bois encore visibles. Je me suis servie d’un tube de peinture acrylique : on en trouve facilement dans les commerces, au rayon loisirs créatifs. Quelques mètres de scotch de peintre et un barbouillage au pinceau fin transforment la chaise en scène de crime.

Application du motif

 

C’est très moche… j’ai peut-être fait une boulette. Mais puisque c’est trop tard, je badigeonne une deuxième couche de rouge, puis attends impatiemment le lendemain pour découvrir le résultat. Finalement, ce n’est pas trop mal… surtout si on la compare à sa jumelle verte.

Peinture terminée

 

Pour que ce coup de frais dure dans le temps, une seule solution : passer à l’étape 3.

 

Étape 3 : appliquer du vernis pour protéger votre œuvre

Il vous faut :

  • du vernis incolore (mat ou brillant, pour intérieur ou extérieur : à vous de choisir)
  • une baguette en bois
  • un pinceau plat et large – à utiliser exclusivement pour la pose du vernis
  • du papier à poncer
  • un chiffon

C’est la touche finale à ne pas négliger. Le vernis protégera la peinture neuve et le bois, afin que votre travail de restauration s’inscrive dans le temps. Sans vernis, il sera plus compliqué de montrer votre chef-d’œuvre à vos petits-enfants ;).

J’avais acheté du vernis mat incolore pour les objets en intérieur. Ce n’est pas le cas de la chaise qui restera à l’extérieur, mais j’espère que ce sera suffisant pour protéger son nouveau look.

Vernis

 

Si l’on suit les instructions marquées sur le pot, il faut commencer par touiller le vernis énergiquement avec une baguette en bois (ça sert de conserver les couverts du chinois à emporter). Puis appliquer une première couche de vernis avec un pinceau plat, réservé à cet usage. On patiente 2 heures avant de poncer légèrement la surface ; puis on essuie avec un chiffon et on passe une deuxième couche de vernis. Après avoir laissé sécher jusqu’au lendemain, il ne reste plus qu’à enlever le scotch de peintre restant… et admirer le résultat.

 

J’espère que cet article de bricolage sans prétention vous inspirera pour prolonger la vie de vos vieux objets. Si vous avez des questions, ou si vous souhaitez connaître la référence des produits que j’ai utilisés, laissez-moi un commentaire ou envoyez-moi un message.

Sur ce, je m’en vais repeindre la deuxième chaise de jardin… promis, je publierai une photo sur la page Facebook du blog. Bons bricolages à vous 😉

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.