Accueil Société Le revenu universel, saint Graal des temps modernes ?

Le revenu universel, saint Graal des temps modernes ?

par Louise PASTOURET

Pour bien commencer, répondons déjà à la question suivante : qu’est-ce que le revenu universel ? Pour cette définition, je reprends les mots de Mathilde Damgé dans son article paru sur le site du Monde. Il consiste à faire bénéficier chaque individu d’un transfert monétaire régulier, et ce sans contrepartie.

revenu universel

Problématiques soulevées :

C’est génial, non ? Mais bon, forcément ça pose quelques problèmes d’organisation.

Des expérimentations ont été menées, et sont menées actuellement, dans différents pays du monde. Mais elles se concentrent souvent dans des aires géographiques réduites, comme des villages, car elles rencontrent certaines difficultés de financement. Par ailleurs, l’impact concret de ces initiatives locales a rarement fait l’objet d’études dédiées.

En juin 2016, les suisses ont d’ailleurs rejeté la mise en place par leur pays du revenu universel. Mais bon, comme le rappelle cet article, ils avaient déjà refusé de prendre deux semaines de congés supplémentaires par an… sans commentaire. Vous l’aurez compris, je me positionne en faveur du revenu de base (d’ailleurs, je n’aurais pas écrit cet article sinon).

Mais voici pêle-mêle quelques-unes des interrogations soulevées par cette mesure : qui financera le revenu universel ? Et comment ? Quel montant sera versé chaque mois ? Le SMIC sera-t-il aboli ? Quid des allocations chômage et des retraites ? Les bénéficiaires continueront-ils à travailler ? Devrait-on mettre en place cette mesure au niveau national, ou européen ?

La vidéo ci-dessous vous donnera une vue globale sur le sujet en trois minutes à peine, c’est pas beau ça ? Par la suite je vous donnerai mon point de vue sur quelques-uns des thèmes abordés.

Chamboulement du système de protection sociale :

En France, les aides sociales sont accordées en fonction de différents critères : emploi, revenu, famille, âge, handicap, etc. L’offre est, de ce fait, pléthorique. L’accès à ces aides relève du véritable casse-tête ; à tel point que ce labyrinthe administratif conduit certaines personnes à ne pas en faire la demande.

WTF

Partant du principe que le revenu de base remplace ces aides sociales, cela constitue donc une simplification bienvenue. En effet, il serait accordé à tous inconditionnellement, indépendamment de l’âge, du revenu, du sexe, du nombre d’enfants, de la couleur de peau, etc.

Personnellement, voici ce qui me réjouit : grâce au revenu universel, l’expression « c’est un assisté ! » perdra d’un coup toute son aura péjorative. C’est un adjectif régulièrement brandi, à des fins politiques, pour susciter l’indignation des travailleurs honnêtes. Or c’est oublier que n’importe qui, à un moment de sa vie, peut se retrouver en situation précaire et éprouver le besoin de recevoir de l’aide (oui, même ceux qui se croient bien à l’abri, parce que c’est ça la vie). Avec un revenu de base, nous serons tous des assistés ! Et je ne vois pas bien qui viendra s’en plaindre alors.

Impact sur le marché du travail :

Par ailleurs, cette mesure rendra le travail nettement moins obligatoire, voire complètement facultatif (en fonction du montant accordé chaque mois). Il s’agit d’un changement de paradigme complet pour notre société fondée sur la valeur travail, dans laquelle chacun est jaugé à l’aune du titre (plus ou moins ronflant) donné à son occupation professionnelle. Cela implique aussi un bouleversement sans précédent du marché du travail.

Aujourd’hui, les entreprises ont le choix : toute une ribambelle de jeunes diplômés qualifiés sont prêts à se tuer à la tâche pour un CDI payé au SMIC. Parfois dans des emplois qui n’ont rien à voir avec leur cursus.  Ces personnes cherchent tout simplement à travailler dans le domaine de leur choix, en recevant un salaire proportionnel à la durée de leurs études. Ce n’est vraiment pas la mer à boire, non ? Eh bien si. Pourquoi ? Parce que les places sont chères. Quelle est l’excuse ultime, qui force tout le monde à fermer son clapet et envoyer gentiment des centaines de candidatures jusqu’à ce que dignité s’effondre ? C’est. La. Crise. Les recruteurs ne se privent pas d’asséner aux Heureux Elus que s’ils ne sont pas contents, il y en a des centaines qui bavent après leur poste. (Oui, c’est du vécu.)

jeune diplômé

Moins d’argent… mais plus de temps :

Imaginons maintenant que tout le monde sans exception perçoive chaque mois, disons, huit cent euros. D’un seul coup, la vapeur se renverse en faveur des salariés et des demandeurs d’emploi. En effet, pourquoi alors accepter de faire un travail qui ne correspond plus à nos centre d’intérêts, à nos études ? Libre à nous de ne plus accepter des salaires minables, des conditions de travail abjectes, des horaires qui dépassent l’entendement. Avec un revenu de base de 800€, lorsqu’un SMIC mensuel net tourne aux alentours de 1100€, l’arbitrage en faveur de l’inactivité est vite fait. Si chacun est libre de choisir le travail qui lui plaît, n’étant plus poussé à accepter n’importe quoi pour survivre… alors ce sont les entreprises qui doivent revoir leur modèle, leurs offres et leur processus de recrutement en intégralité.

Cette somme versée régulièrement et de manière inconditionnelle permettrait aussi de répondre à la problématique du remplacement des travailleurs par les nouvelles technologies. Dans l’hypothèse où les robots occuperaient tous les emplois, comment s’assurer que chacun gagne de quoi vivre ? Grâce au revenu universel.

 Le revenu de base offre également la possibilité de se consacrer à des activités qui ont du sens. Vous avez toujours rêvé de reproduire les monuments célèbres avec des allumettes ? Pas de problème, c’est désormais possible. Ce sont surtout les associations qui y gagneraient, avec davantage de bénévoles prêts à (et capables de) se consacrer à une cause qui leur tient à cœur. Ou comment ne plus perdre sa vie à la gagner.

relax

Pour aller plus loin :

  • cette vidéo de France TV Info qui souligne que l’idée n’est ni de droite, ni de gauche.
  • une explication par texte cette fois-ci chez Socialter, sur le même sujet.
  • le site du Mouvement Français pour un Revenu de Base.
  • et enfin le très bon dossier consacré au revenu universel dans le n°18 de France Culture Papiers.

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

pastouret 27 septembre 2016 - 23 h 02 min

j’ai beaucoup aimé; » reproduire des chefs d’oeuvres en allumettes. »….et si ce revenu universel existait plus de dîner de con..? ….je plaisante …..en tout casl » idée pas stupide du tout ma chère louise parce que c’est vrai qu’entre stigmatisation…..et effet sociétale …..on pourrait s’enrichir tellement culturellement…. alors continue de nous faire partager tes idées louise c’est un PLAISIR;)

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.