Accueil Bons plans Sim Airways : affrontez votre peur de l’avion en prenant le contrôle avec un simulateur
Sim Airways Simulateur A320

Sim Airways : affrontez votre peur de l’avion en prenant le contrôle avec un simulateur

par Jérémy PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Aujourd’hui, on continue à parler de la peur de l’avion ! Nous avons découvert le niveau suivant : l’utilisation d’un simulateur de vol pour apprivoiser ses angoisses en avion, et pouvoir enfin voler sans plus aucune peur. Ça donne envie, non ?

Pour ce faire, nous avons été aimablement accueillis par Franck Italia, directeur d’une entreprise qui propose des simulations de vol aux particuliers comme aux entreprises.

Sa société offre différents services : des stages pour vaincre la peur de l’avion, mais aussi des sessions permettant de piloter un A320 (grâce au simulateur) pour le plaisir et/ou la recherche de nouvelles sensations, mais je reviendrai là-dessus plus tard.

Son entreprise se nomme Sim Airways : elle est basée sur Aubagne (près de Marseille), donc si vous passez dans le coin je vous invite à y aller.

Avec ce panneau qui donne sur la voie rapide, vous ne pouvez pas le rater ! Nous avons également eu l’occasion de lui poser pas mal de questions, pour en savoir plus sur le déroulement des stages permettant de lutter contre la peur en avion.

Stage de la peur en avion

La formation proposée dure une journée. Les groupes peuvent être constitués de 8 personnes maximum ; ils se forment en fonction des disponibilités des potentiels stagiaires, et des dates proposées par l’entreprise.

Ce stage s’adresse principalement à deux catégories de personnes. Il y a ceux qui ne prennent jamais l’avion car la peur qu’ils ressentent est trop importante : elle prend le dessus. Et puis il y a ceux qui angoissent lorsqu’ils voyagent en avion, ils sont attentifs au moindre bruit suspect par exemple. Je me trouve dans cette deuxième catégorie.

Le matin, les personnes arrivent. Ils ont réservé ce stage eux-mêmes, ou c’est un proche qui leur a offert. Donc les voilà, malgré leur appréhension. Pour commencer, les stagiaires reçoivent quelques informations de base sur l’avion dans la salle de travail. L’affiche accrochée au mur sert à leur présenter les commandes de l’avion. Cette formation technique est assurée par un pilote professionnel. Elle permet d’aborder tous les sujets qui fâchent : les turbulences, les pannes, les accidents, les orages… afin de les démystifier.

Salle de formation

Ensuite, un docteur en psychologie intervient pour expliquer comment se manifeste la peur : ce qui se passe du point de vue cardiaque, comportemental, etc. Ce docteur apporte ensuite des techniques pour se raisonner, affronter ses peurs (ce qui peut être utile dans toutes sortes de situations). Par exemple : l’une des causes de nos peurs, c’est de savoir que nous n’avons aucune connaissance et que nous ne pourrons intervenir en aucun cas. Prenons la voiture : on peut reconnaître certains bruits, on sait ce qu’il faut faire quand un pneu est crevé ou lorsque le moteur manque d’huile. Mais dans le cas de l’avion, nous n’avons aucune connaissance (sauf cas particulier) sur le pilotage ou les pannes possibles, ni sur les différentes réparations. Et ça peut être anxiogène pour certains passagers.

Lorsque le repas de midi approche, les stagiaires sont un peu plus décontractés, ils posent davantage de questions. En tout cas, ils sont encouragés à en poser un maximum. Lors de notre visite, j’ai moi aussi posé beaucoup de questions. On voit bien que le directeur est un passionné, il a écouté toutes mes interrogations et y a répondu avec beaucoup de précision.  Je peux vous dire que c’est vraiment appréciable. Cela rassure certainement les personnes qui peur, et qui veulent casser leur a-priori sur les avions.

Puis il est temps de mettre les mains dans le cambouis, avec un passage dans le fameux simulateur. Voici à quoi il ressemble :

L’idée est simple : il s’agit d’effectuer un petit vol tranquille, histoire d’appréhender les commandes. L’immersion est garantie : il y a les sons, le visuel sur la piste de décollage, et les commandes de l’avion comme on les voit dans les films. Lorsque vous rentrez dans cette pièce sombre, vous êtes directement plongé dans un cockpit plus vrai que nature. J’ai vraiment eu l’impression d’avoir été téléporté aux commandes d’un avion (c’est marrant le cerveau humain). Le seul petit bémol dans tout ça (mais je pense que c’est plutôt complexe à réaliser) c’est l’absence de mouvement, puisque d’habitude les sièges bougent.

Dans l’après-midi, les stagiaires y font chacun un petit tour : pour commencer, décollage de l’aéroport de Marseille avec d’excellentes conditions météo, puis atterrissage en douceur pour constater qu’il n’y a rien à craindre. On peut faire varier les difficultés pour corser la simulation, avec du mauvais temps par exemple. En bonus ? Une coupure moteur ou un atterrissage sans visibilité. L’objectif : montrer aux stagiaires que même dans ces conditions complexes, on peut parfaitement piloter un avion.

Comme je vous l’ai dit précédemment, j’ai posé (vraiment) beaucoup de questions à Franck Italia.  Parmi ces questions, je vais me concentrer sur les réponses qui me semblent les plus intéressantes. Si vous avez d’autres questions de votre côté, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires.

Questions/réponses que tout le monde se pose

Combien y a-t-il d’ordinateurs dans l’A320 et sur quel système d’exploitation tournent-ils ?

Cela peut paraître fou mais le cockpit est composé de 7 ordinateurs de bord, qui s’occupent chacun d’un écran.

A320 composé de Windows 98

Ces ordinateurs tournent sur Windows 98, le plus stable des Windows selon le directeur du simulateur de vol. Petite info supplémentaire : le pilote qui se trouve à gauche a les mêmes écrans que le copilote à droite.

Est-ce qu’en cas d’incapacité du pilote ou du co-pilote pour une raison ou pour une autre, une hôtesse de l’air peut prendre les commandes ?

Elle peut tout à fait s’occuper de l’atterrissage, à condition d’être guidée par radio. J’ai moi-même fait atterrir l’avion sans encombre (oui, c’est possible !). En fait pas besoin de faire de grands mouvements, tout se joue dans une pièce de 2€ : il faut utiliser un joystick qui a cette tête-là (j’ai zoomé sur une photo, d’où la qualité moyenne) :

Joystick A320

Petit raccourci rigolo : pour activer le mode atterrissage manuel, il faut appuyer deux fois sur le bouton rouge. Puis, à l’aide d’un écran de contrôle, il faut placer une croix verte sur un carré noir.

control A320

 

 

Pour vous donner un ordre d’idées, les commandes sont sensibles… et inversées. Si vous voulez que la croix verte parte vers la droite il faut envoyer le joystick à gauche. Idem pour monter ou descendre la croix. Dès qu’on a compris le principe, on peux faire atterrir un avion. Bien sûr, mieux vaut savoir où se trouve le bouton pour faire sortir le train d’atterrissage. Ainsi que le bouton pour dire aux passagers « bouclez vos ceintures, ça va secouer ! » Oui je m’y crois encore 😉.

 

 

 

Peut-on voyager sur de longues distances avec le simulateur ? Par exemple faire un vol Paris – Tokyo ?

Oui, c’est tout à fait possible. Le décollage et l’atterrissage se font en temps réel. Une fois en vol de croisière, on peut faire une avance rapide pour aller plus vite, car ce n’est pas très passionnant.

En parlant de vol au long-cours, que font les pilotes pour s’occuper ?

Pendant ce long moment où le pilote automatique est enclenché, les pilotes préparent les manœuvres futures ou éventuelles. C’est un peu comme s’ils jouaient aux échecs en prévoyant tous les coups. Avec l’expérience, ça devient de la routine. Ils peuvent également relire leur classeur de cours, réviser les manœuvres, et bien entendu discuter entre eux.

Les autres services de Sim Airways

Salle d'accueil Sim Airways

Vous pouvez aller piloter l’A320 pour le plaisir grâce au simulateur. Vous pouvez aussi faire un cadeau sympa à vos proches ! Le coupon cadeau ressemble à une carte d’embarquement, et c’est plutôt bien fait.

En parallèle, d’autres services sont mis à disposition des entreprises. Par exemple une formation pour les managers, afin d’apprendre à mieux communiquer. Imaginez un patron d’entreprise qui joue le rôle du pilote, le directeur général qui devient co-pilote et le responsable des ventes qui prend la place du chef de cabine. Ils doivent maintenant communiquer clairement pour arriver à faire voler l’avion. Enfin, il y a aussi la possibilité d’organiser des séminaires : après une matinée de travail dans la salle de réunion, chacun pourra faire un tour dans le simulateur pendant l’après-midi.

Conclusion

Si vous avez peur de l’avion, ou que vous ressentez de l’appréhension à bord à cause des bruits, des secousses…

Jeremy PASTOURET pilote A320

…je vous conseille de faire comme moi : testez le simulateur de vol et posez toutes les questions qui vous passent par la tête. Vous repartirez serein pour votre prochain voyage.

Si vous habitez dans le sud, je vous conseille vivement de vous rapprochez de la société Sim Airways situé à Aubagne. Pour plus de renseignements, voici leur site web.

Sinon je vous conseille le site du Centre de Traitement de la Peur en Avion. Il propose différentes dates et surtout différents endroits en France comme Grenoble, Montpellier, Paris, etc. Pour information, ces stages sont éligibles aux procédures de formation professionnelle. Pensez aussi à vous renseigner auprès de votre mutuelle ou de votre comité d’entreprise pour une prise en charge.

Si vous n’avez pas le budget pour l’instant, ou si vous préférez opter pour une solution temporaire en attendant de faire votre stage, je vous propose cet autre article que j’ai rédigé il y a peu de temps sur une application qui pourrait bien vous aider : l’application Sky Guru.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.