Accueil Développement durable Tree Change Dolls : une nouvelle vie pour les poupées

Tree Change Dolls : une nouvelle vie pour les poupées

par Louise PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Aujourd’hui je voudrais vous parler de l’initiative de Sonia Singh, une australienne qui recycle des poupées. Cela fait bientôt deux ans qu’elle s’est lancée dans l’aventure des Tree Change Dolls, après avoir perdu son travail en 2014. Ce projet personnel original a progressivement attiré l’attention des réseaux sociaux, puis des médias. Désormais ses poupées relookées connaissent tellement de succès qu’il lui est complètement impossible de répondre à la demande.

Pour tout vous dire, je n’ai jamais vraiment apprécié les poupées quand j’était gamine… je préférais tirer des flèches dans la piscine du voisin. Sauf que là j’ai craqué. Oui, j’ai 25 ans, mais mieux vaut tard que jamais. En fait ce qui est vraiment intéressant dans la démarche des Tree Change Dolls, c’est l’incroyable contraste visuel entre la poupée trouvée dans le commerce et celle qui ressort des mains de Sonia Singh.

Essayez de visualiser le rayon jouets pour filles du dernier magasin où vous avez mis les pieds. Vous avez probablement à l’esprit ces poupées trop fardés et sanglées dans des mini-robes moulantes, talons et brushing compris. Ah bon, elles projettent une image irréaliste de la femme ?

 

Sonia Singh récupère ces poupées dans des magasins d’occasion, et les relooke entièrement : nouvelle coiffure, nouveaux vêtements et surtout nouveau visage. Le résultat est beaucoup plus réaliste et surtout davantage en accord avec l’âge des petites filles, premières utilisatrices de ces jouets.

La jeune fille et ses modèles

D’ailleurs, je voudrais entamer une brève réflexion sur la stratégie marketing des fabricants de jouets qui commercialisent ces poupées. Pourquoi donc proposer aux petites filles de jouer avec ces adolescentes anorexiques et trop maquillées ? Surtout alors que ce n’est plus un mystère pour personne : les enfants s’identifient à ce qu’ils ont sous les yeux. Je doute que le PDG de cette marque de jouets souhaite que sa fille prenne pour modèle les poupées qu’il vend.

Un phénomène similaire se produit pendant l’adolescence : les publicitaires nous fourrent tous ces mannequins photoshopés sous le nez, sur des affiches immenses, à tous les coins de rue. Faute de modèle alternatif aussi largement valorisé, on se met toutes à penser qu’on ne fera jamais assez de sport. Puis que notre garde-robe ne sera jamais assez pleine. Et surtout que sortir sans être maquillée à la truelle est l’erreur ultime à commettre si on désire être socialement acceptée. Bref, pendant que notre estime de soi plonge en flèche, certains s’en mettent plein les poches.

C’est pour cela qu’une alternative comme Tree Change Dolls apporte une brise de fraîcheur bienvenue, puisqu’elle propose un changement de valeurs. Ce n’est plus la superficialité qui est portée au pinacle, mais le naturel. Plus le culte de l’apparence, mais plutôt le droit de se foutre de son physique. Et de se concentrer sur des choses plus essentielles… surtout quand on a 6 ans.

Un manifeste pour des poupées plus mignonnes

Et là où Sonia Singh frappe fort, c’est que finalement ses poupées relookées ont bien plus de charme que leurs consœurs choucroutées. Enfin, la beauté est subjective me direz-vous. Je vous laisse donc apprécier la transformation par vous-mêmes :

Pour conclure sur cette success story insolite, vous pouvez retrouver les vidéos Do It Yourself sur la chaîne Youtube de Tree Change Dolls. Si jamais l’envie vous prenait d’offrir à votre tour une poupée non stéréotypée à votre petite nièce pour son prochain anniversaire. Bon tricot !

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

Catherine 2 août 2016 - 19 h 26 min

Article très interesessant

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.