Accueil Développement durable Viande et poisson : prêts à vous en passer (un jour par semaine) ?
Viande poisson et lundi vert

Viande et poisson : prêts à vous en passer (un jour par semaine) ?

par Louise PASTOURET

Les recommandations nutritionnelles préconisent de manger des repas équilibrés, composés de légumes, féculents et protéines. Mais en général, quand on entend ce mot, on pense plutôt au steak haché ou au filet de poisson. Autrement dit, aux protéines d’origine animale : viande et poisson.

En France, la consommation de viande a longtemps été associée à un certain statut social. Reflet de la prospérité des ménages tout au long du XXe siècle, la place de la viande dans nos régimes a toutefois diminué depuis une dizaine d’années environ. Dans un premier temps, les français·es ont été alertés sur les problèmes de santé liés à une consommation excessive de produits carnés (cholestérol, cancers…). Puis une prise de conscience écologique a conduit certaines parties de la population à réduire (voire même à stopper) leur consommation de protéines animales.

Diminuer notre consommation de viande et de poisson : pourquoi ?

Consommation de viande

En effet, dans le match protéines animales VS protéines végétales, les produits carnés ont un impact nettement plus défavorable sur l’environnement. Déjà parce que l’élevage intensif mobilise beaucoup de terres. Ensuite car de nombreux terrains sont exclusivement utilisés pour faire pousser des végétaux dédiés à l’alimentation animale. Ceci occasionne d’ailleurs une déforestation galopante dans un certain nombre de pays. L’élevage exige également de grandes quantités d’eau. Enfin, n’oublions pas que les animaux rejettent des substances qui polluent à la fois les sols et l’air.

Dans un autre registre, celles et ceux qui se soucient du bien-être animal ont malheureusement pu s’indigner à de nombreuses reprises des conditions d’élevage intensif – et d’abattage des animaux.

Enfin, les français·es qui veillent à leur porte-monnaie l’auront remarqué : l’achat de viande fait prendre à leur ticket de caisse des proportions impressionnantes.

Les sources de protéines alternatives

Légumineuses

On peut effectivement fournir à notre organisme sa dose de protéines en mangeant de la viande et du poisson. Mais pas seulement : il est possible de varier les sources de protéines. A noter : les œufs et les laitages, contenant des protéines animales, font partie des régimes végétariens (mais pas végétaliens). Voici quelques sources de protéines végétales :

  • cacahouètes, amandes, pistaches, noix (de cajou, de Grenoble…)
  • sarrasin
  • soja (notamment sous forme de tofu)
  • lentilles, pois chiches, haricots blancs, petits pois

Changer nos habitudes : remplacer la viande par des protéines végétales une fois par semaine

Recettes végétariennes

Depuis notre petite enfance, les pâtes et les haricots verts ne sont jamais seuls dans l’assiette. Nous sommes habitué·es à manger une tranche de jambon ou un morceau de cabillaud à chaque repas. Tout au long de notre scolarité, à la cantine, puis dans les restaurants, les protéines animales figurent systématiquement sur le menu. Dans ces conditions, pas évident de s’en passer !

La bonne nouvelle : nous pouvons facilement nous familiariser avec la cuisine végétale et les sources alternatives de protéines. Et ainsi, prendre progressivement l’habitude de manger végétarien une journée par semaine. C’est précisément le concept du Lundi Vert (mais vous pouvez très bien choisir un autre jour).

Pour vous donner quelques idées (et peut-être vous mettre l’eau à la bouche), voici quelques recettes végétariennes faciles, testées et approuvées :

Allez, c’est facile de s’y mettre : d’abord un repas par semaine, puis deux… Et voilà que vous avez fait votre part pour diminuer les émissions de CO2 en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « tofu » 😉

Pour aller plus loin :

Envie de limiter le gaspillage alimentaire ? Voici 5 astuces pour arrêter de nourrir votre poubelle.

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.