Accueil Bons plans Pour que Voyage ne rime plus avec Dommage…

Pour que Voyage ne rime plus avec Dommage…

par Louise PASTOURET

A la veille d’une petite escapade ce week-end, voici le premier article d’une série destinée à tous ceux qui partent en voyage en emmenant leur garde robe au grand complet « au cas où…« , et qui se traînent des sacs de 10kg pour un séjour de 48h. Aux voyageurs en déroute et en banqueroute qui paient tout trop cher lorsqu’ils visitent une nouvelle ville. Aux âmes en peine qui errent dans le métro sans parvenir à retrouver leur hôtel. Explorateurs novices ou baroudeurs experts, vous trouverez ici quelques astuces testées et approuvées pour partir zen, malin et (presque) radin !

Cette première partie est consacrée à la préparation de votre voyage. De nos jours, tout se joue avant même d’avoir mis les pieds dans la ville de votre choix. Transport, hébergement, musées, soirées : tout peut être réservé à l’avance. Et dans certains cas c’est incontournable si vous ne voulez pas hypothéquer la peau de votre postérieur. Je pense surtout aux billets d’avion et de train, mais aussi aux hôtels qui font flamber les prix notamment à l’approche de certains événements.

Le vécu :

Fin 2015, nous avons un peu tardé à réserver notre séjour à Lyon pour assister à Fête de la Lumière. Hôtels, logements AirBnb, auberges de jeunesse, et même les maisons de nos proches : plus une seule place. En vertu du proverbe « tout ce qui est rare est cher », notre facture pour une nuit d’hôtel dans une chambre miteuse et complètement excentrée s’est élevée à… 150€ ! (En comparaison nous dépassons rarement les 50€ par nuit, même dans le centre de Paris, et parfois même dans des hôtels 3*). Malheureusement, l’événement a été annulé et nous avons pu nous faire rembourser… mais nous avons compris la leçon.

Le remède :

An-ti-ci-per! Prendre ses billets le plus possible à l’avance et penser à consulter l’agenda des évènements locaux. Vous le savez bien, vous paierez plus cher si vous réservez tard, ou lors de certaines périodes d’affluence. D’autres paramètres entrent en jeu pour la tarification, comme par exemple le taux de remplissage. Ceci s’appelle le yield management , et c’est ce qui fait que votre voisin de TGV a payé sa place trois fois plus cher que vous. Ce système de prix fluctuant d’un jour sur l’autre est extrêmement complexe, voire carrément opaque. Bref, pour ne pas se faire avoir, il n’y a pas trente-six mille solutions, hormis se montrer prévoyant.

Le bonus :

Depuis la libéralisation du transport par autocar il y a quelques années, vous êtes sûr de pouvoir partir en voyage à petit prix. Plusieurs compagnies sillonnent désormais la France et l’Europe et leurs tarifs sont imbattables en comparaison des autres moyens de transport. En contrepartie, il faut prendre son mal en patience puisque les trajets sont beaucoup plus longs…

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.