Accueil Voyages Un week-end à Lisbonne – première partie

Un week-end à Lisbonne – première partie

par Louise PASTOURET
Publié : Mis à jour le

Nous rentrons d’un week-end en amoureux à Lisbonne, et me voilà derrière le clavier pour vous faire part de nos découvertes lors de ce séjour.

Nous sommes arrivés en avion à l’aéroport de Lisbonne samedi après-midi. Temps de vol depuis Marseille : un peu plus de deux heures. La bonne nouvelle, c’est que nous avons gagné une heure en changeant de fuseau horaire : nous avons atterri à 16h (heure locale) alors qu’en France il était déjà 17h. La mauvaise nouvelle, c’est qu’un temps de chien nous attendait sur place. D’ailleurs nous en avons eu un avant-goût dans l’avion… avec pas mal de turbulences. Mais nous avons fait contre mauvaise fortune bon cœur : nous ne nous sommes pas laissés décourager par la pluie !

L’aéroport de Lisbonne est situé à proximité de la ville : comptez une vingtaine de minutes (seulement !) en métro pour rejoindre le centre. Le coût de la vie est très raisonnable, et nous avons pu nous en apercevoir en achetant notre premier billet de métro. En effet, il existe un pass qui vous permet de circuler sur tout le réseau métro-bus-tram pendant 24h, et ce pour seulement 6€. Gardez votre billet, il est rechargeable ; comptez 50cts en plus par billet pour le 1er achat.

Samedi après-midi

Une fois nos affaires posées à l’hôtel, c’est parti pour une première balade dans la ville. Il fait déjà nuit et les rues sont désertes, visiblement le quartier du Parque n’est pas des plus animés le samedi. En dignes gourmets, nous recherchons d’emblée la bonne adresse pour déguster l’une des spécialités de la capitale : les pastéis de nata. C’est dans un incroyable salon de thé au nom français, le Versailles, que nous goûtons nos premières pâtisseries locales. Le cadre est splendide et fait honneur au château homonyme. Quant au choix de gâteaux, il y a tant de variétés qu’il est très difficile de rester raisonnable.

Une fois bien requinqués par ce goûter de roi, nous prenons le métro en direction de la Praça do Comércio. J’en profite pour dire un mot sur le métro lisboète. Il est composé de quatre lignes qui desservent le centre ville. Chaque ligne porte le nom d’une couleur : verde, azul, vermelha et amarela en version originale. Les stations sont immenses et pour la plupart bien décorées, avec des carreaux peints dans des styles variés. Seul bémol, le temps d’attente entre chaque rame avoisine les 10min le week-end.

Nous voici donc au coeur de la ville, dans le quartier (très) touristique de Baixa. Ça tombe bien, il nous fallait justement quelques cartes postales ! Les rues brillent de mille feux, c’est l’avantage lorsqu’on vient en décembre : on peut profiter des illuminations de Noël. D’ailleurs le clou du spectacle se trouve sur la Praça do Comércio elle-même, avec un immense sapin de Noël, tout en métal revêtu de LEDs.

Samedi soir

Puis c’est parti pour notre premier restaurant portugais. Qu’est-ce que le temps file vite ! Par contre, le samedi soir, c’est comme dans toutes les grandes villes : le moindre restaurant est pris d’assaut… et évidemment nous n’avons pas pensé à réserver. On finit tout de même par dénicher un restaurant pour dîner. Ça tombe bien parce qu’on a faim et qu’on commence à fatiguer, après avoir grimpé toutes ces côtes : eh oui, la ville est très escarpée.

Les serveurs nous apportent de quoi grignoter en attendant : du pain et du beurre, des olives noires et des petites croquettes de viande. Apparemment, c’est une tradition ici : cet apéro est pris en compte dans l’addition (pour une somme modique, moins de deux euros) mais si vous n’en voulez pas, il suffit de le signaler.

On plonge tout de suite dans le bain avec du poisson au menu. Recommandé par le serveur, il est tout frais, grillé et salé juste comme il faut. D’habitude nous ne sommes pas des fans de poisson et nous en mangeons rarement. Mais là ça vaut vraiment le détour et c’est un vrai délice. Finalement, nous n’avons même plus de place pour un dessert. Montant de l’addition : moins de trente euros à nous deux, boissons comprises. Vous l’aurez compris, le coût de la vie à Lisbonne est bien plus abordable que dans d’autres capitales.

Il est temps d’aller dormir, la journée de demain sera chargée ! Il ne nous reste que le dimanche et le lundi matin pour découvrir la ville, puisque nous reprenons l’avion lundi en début d’après-midi.

Dimanche matin

Le lendemain, nous prenons le petit-déjeuner à l’hôtel pour ne pas perdre de temps. C’est quelque chose qu’on ne fait jamais d’habitude, parce qu’en général il faut compter plus de 10€ par personne. Plutôt raide pour un petit déjeuner… sauf que là c’est 10€ à deux, avec un buffet carrément copieux.Nous avons bien mangé, nous sommes d’accord sur le programme de la journée, c’est parti ! Sauf que là, c’est le drame : dehors, c’est le déluge. Les trottoirs en pente ruissellent d’eau, impossible de se balader avec un temps pareil, même avec un parapluie ! C’est pas grave, changement de plan : direction l’Oceanário de Lisbonne.

C’est le deuxième plus grand aquarium d’Europe. De la flotte dehors, de la flotte dedans, c’est approprié ;). L’entrée coûte 17€ par personne ; ça a l’air plutôt cher, mais nous avons mis presque trois heures pour tout voir. Et ça vaut vraiment le détour : poissons, requins, coraux, loutres, oiseaux, batraciens… il y en a pour tous les goûts. L’exposition permanente s’articule sur deux étages autour d’un aquarium gigantesque. Elle diffuse un message écologique, encourageant la préservation des océans et des espèces qui y vivent. D’innombrables aquariums de taille plus modeste parsèment la visite. Ils sont agrémentés de nombreux panneaux explicatifs, bien détaillés, ce qui rend la visite pédagogique.

Personnellement j’ai beaucoup apprécié l’aquarium avec les hippocampes, ainsi que celui où l’on doit chercher les poissons tout plats qui se camouflent dans le sable. Et évidemment, le clou du spectacle : deux loutres qui s’amusent avec grâce dans le courant. Voici un aperçu de notre visite, et croyez-moi, c’était dur de faire une sélection parmi toutes nos photos :

Dimanche midi

La faim s’étant fait sentir à la fin de notre visite, nous avons déjeuné à la cafétéria de l’Oceanário. Le menu du jour est copieux, la cuisine est bonne et le prix est raisonnable : 9€ par personne pour une soupe, un plat, un dessert et une boisson. On commence à s’habituer à ce rapport qualité-prix très avantageux… sauf qu’on risque de souffrir à notre retour dans les restaurants français !

La suite de notre aventure en terres portugaises arrive bientôt, alors surveillez le blog et les réseaux sociaux ! Et d’ici-là, boa tarde ;).

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.