Accueil Voyages Un week-end à Lisbonne – deuxième partie

Un week-end à Lisbonne – deuxième partie

par Louise PASTOURET

Et c’est parti pour la suite de notre carnet de voyage à Lisbonne ! Si vous avez raté la première partie, c’est par ici.

Nous venons de terminer notre visite de l’Oceanário. Coup de chance, le temps a changé : un soleil magnifique a remplacé la pluie. C’est parti pour une visite du centre-ville ! Les petites rues en pente raide et le Castelo de São Jorge n’attendent plus que nous. Il ne faut pas trop traîner, car les journées sont courtes : à 17h, la nuit tombe déjà.

Dimanche après-midi

Nous reprenons le métro, en direction de la station Martim Moniz. Sur la place du même nom se trouve le point de départ du fameux tramway n°28. Nous sommes désorientés pendant un court instant, jusqu’à apercevoir la longue file de touristes qui se pressent pour emprunter ces rames, vestiges d’un autre temps. Avec leur look vintage, elles apportent une touche originale à la ville, et elles sont toujours en excellent état. Par contre le trajet est plutôt chaotique : les virages sont serrés, les à-coups et les grincements nombreux. Il faut bien se tenir !

La récompense nous attend dès la descente : un incroyable panorama sur la ville et sur le Tage. Malgré la saison tardive, la place grouille de touristes. Il n’y a qu’à les suivre pour grimper jusqu’au Castelo de São Jorge. C’est l’occasion de travailler sa cardio, parce que la pente est raide ; mais nous commençons à avoir l’habitude. Je plains les femmes en talons, les parents avec poussettes et les personnes âgées. D’ailleurs, ça me fait penser que nous avons croisé très peu de personnes en surpoids… peut-être parce que les habitants font naturellement plus d’exercice dans cette ville, du fait de la topographie escarpée.

Le château est ouvert jusqu’à 18h, ce qui nous laisse un peu plus d’une heure pour le visiter. Pour info, entre mars et octobre, ce site historique ferme à 21h. Cet ancien palais royal est aujourd’hui en ruines, mais ses vestiges sont si impressionnants qu’ils permettent de se faire une idée de l’importance du lieu à l’époque de sa splendeur. Si vous cherchez un vrai château fort, avec murailles crénelées et chemin de ronde, vous êtes au bon endroit. Un musée archéologique complète la visite. Là encore, divers points de vue offrent un panorama époustouflant sur les quatre coins de la ville. Le tout couronné par la lumière rosée du coucher de soleil… un bon moment, en somme !

Dimanche soir

Notre visite est terminée ; entre-temps, la nuit est tombée sur la ville. Nous décidons de redescendre vers le centre à pied, en suivant les petites rues en pente et les escaliers. C’est dimanche soir, tout est calme. Au détour d’une rue, nous tombons sur une belle illustration du street-art portugais :

Pour conclure cette belle après-midi, direction le centre-ville pour boire une ginjinha, cet alcool au goût prononcé de cerise.

Il est servi dans un petit verre, avec une ou deux cerises tombées de la bouteille. C’est agréable mais plutôt fort ! Entre la fatigue de la journée et notre piètre habitude de l’alcool, nous voilà tous les deux avec des jambes en coton… en moins de cinq minutes. Il est temps de rentrer se reposer un peu, Lisbonne nous a épuisés ;).

La soirée se conclut dans un restaurant italien à deux minutes de l’hôtel. Nous n’avons pas eu la force de chercher plus loin !

Lundi matin

Ce matin, le soleil brille ! Un temps merveilleux pour nos dernières heures à Lisbonne. Eh oui, nous reprenons l’avion à 14h. Difficile de choisir comment occuper cette ultime matinée… finalement, nous décidons de nous rendre dans le Bairro Alto, pour commencer la journée par un petit déjeuner dans une boulangerie typique.

Nous commençons par emprunter l’Elevador da Glória, un funiculaire au même look vintage que les trams qui circulent en ville. Le pass transports que nous avons acheté nous y donne accès, et nous évite de grimper à pied une côte extrêmement raide – illustration à l’appui :

Heureusement que les freins de cet engin sont solides ! Une fois arrivés au sommet, nous retrouvons une très jolie vue sur la ville. Puis nous gagnons les petites ruelles résidentielles. Le quartier s’éveille, le linge sèche aux fenêtres, les façades arborent leurs jolis azulejos colorés.

Nous dénichons enfin la Pastelaria São Roque, pour un petit déjeuner… copieux et pas cher. Puis nous passons le reste de la matinée à flâner dans les rues du quartier. Il fait beau, il fait bon. La ville grouille de monde, nous croisons des habitants qui se rendent à leur travail, des étudiants en retard pour la fac, et des touristes qui admirent les pépites de la ville. Les employés du service de la propreté sont nombreux, d’ailleurs je dois souligner que la capitale portugaise est extrêmement propre : voilà qui écorne le cliché selon lequel les villes du sud sont forcément sales.

Un dernier petit tour dans un petit marché, bien caché dans une galerie : c’est l’occasion de goûter deux jus de fruits originaux : ananas-menthe et orange-betterave. Mais voilà déjà l’heure de prendre le chemin du retour…

Et voilà, c’est la fin de ce carnet de voyage à Lisbonne. J’espère que mon récit vous donne envie de découvrir cette ville magnifique ! Prévoyez quand même un peu plus de temps que nous, car nous n’avons fait qu’effleurer tout ce que la capitale portugaises recèle de merveilles. Mais ce n’est pas grave, on prendra le temps d’y retourner prochainement.

Un petit goût du Portugal… à Avignon

Samedi dernier, lors d’une balade dans les rues d’Avignon, nous sommes tombés par hasard sur une épicerie portugaise très sympathique, qui nous a permis de prolonger un peu notre séjour. Tout près de la place de l’Horloge, j’ai nommé l’Amarante. C’est une petite boutique à l’ambiance chaleureuse, où vous pourrez (re)découvrir toutes sortes de produits portugais : huile d’olive, sardines, gâteaux, liqueurs… il y en a pour tous les goûts. Le bonus : on peut aussi s’y requinquer avec un snack typique ! De notre côté, nous avons opté pour un petit déjeuner : version sucré pour Jérémy (à la mode de Lisbonne), et salé pour moi (façon Amarante, une commune portugaise proche de Porto). La jeune propriétaire, d’origine portugaise, accueille ses hôtes de manière conviviale. Si vous êtes dans le coin, c’est une adresse qui vaut le détour.

En tout cas, ça nous donne vraiment envie de retourner au Portugal. Prochaine étape : Porto ! Par contre, nous avons décidé d’attendre le retour des beaux jours, pour découvrir la ville sous les meilleurs auspices. Evidemment, on vous racontera tout dans ce blog ;).

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.