Logo des Enovateurs
Vers l'infini et l'au-delà : les data centers s'équipent pour démultiplier leurs capacités de stockage

Vers l'infini et l'au-delà : les data centers s'équipent pour démultiplier leurs capacités de stockage

Les vidéos de chats mignons ont de beaux jours devant elles : ce n'est pas la place qui manquera pour les stocker. Car les fabricants de disques durs prévoient d'augmenter de plus en plus la puissance de leurs équipements. Voici un tour d'horizon de ce qui nous attend dans les 5 prochaines années.

La rédaction des Enovateurs a reçu un communiqué de presse publié par Toshiba. Ce fabricant de matériel informatique et électronique y détaille l'évolution de la capacité de stockage des disques durs utilisés dans les fermes de serveurs :

communique de presse de Toshiba

Cette illustration montre qu'en 2022, les disques durs des data-centers peuvent gérer jusqu’à 26 TB (soit 26 000 GB) de données. Entre 2021 et 2022, les dispositifs de stockage se sont mis à gérer 6 000 GB de plus. On constater que d'ici 3 ans, Toshiba a prévu de mettre en service des disques durs capables de stocker presque 10 TB supplémentaires.

Avec ce volume de stockage plus conséquent, les entreprises comme les utilisateurs pourront stocker davantage d'informations. Ceci engendrera une transmission de données encore plus importante pour la fibre et les antennes 5G.

Pour rappel, les centres de données permettent de :

  • mettre en ligne des plateformes web
  • créer et alimenter des bases de données
  • stocker les photos, la musique... des utilisateurs d'applications web et mobiles

Ces dernières années, les data-centers ont dû augmenter leur capacité de stockage :

  • en installant de nouveaux serveurs et en agrandissant leurs locaux
  • en remplaçant des disques durs de petite taille par d'autres gérant de plus gros volumes, puisque cela permet un gain de place.

La feuille de route de Toshiba pour "répondre à l'augmentation de la demande mondiale de données" est une source d'information essentielle pour comprendre la pollution numérique.

Par exemple, avec la démocratisation du télétravail, les entreprises se sont tournées vers davantage de solutions dématérialisées. Les outils de communication stockent énormément d'informations, notamment avec la fonctionnalité d'enregistrement des visioconférences.

Les habitudes numériques des particuliers contribuent aussi à cette dynamique d'accumulation des données et de surconsommation d'énergie. Toutes ces vidéos de chatons mignons, il faut bien les stocker quelque part...

Ces deux phénomènes s'entretiennent l'un et l'autre, dans une spirale sans fin.

Pourtant, les ressources nécessaires à la fabrication des appareils et l'énergie pour les faire fonctionner ne sont pas infinies. Des capacités de stockage illimitées sont-elles vraiment ce dont nous avons besoin pour les années à venir ?

Jérémy PASTOURET
Jérémy PASTOURET
Journaliste en recherche constante de nouveaux outils plus légers, accessibles à tous et respectueux de la vie privée de leurs utilisateurs.

Commentaires

Ecrire un commentaire

Sobriété

Passez à l'étape supérieure :

Découvrez nos tutos !

Chargement d'un nouvel article...

Les Enovateurs

Rejoignez notre communauté de lecteurs

Retrouvez-nous aussi sur

linkedin