Logo des Enovateurs
Interview d'un dossier pharmaceutique depuis sa résidence de haute sécurité

Interview d'un dossier pharmaceutique depuis sa résidence de haute sécurité

Mon dossier pharmaceutique coûte 7,3 centimes par an à l'Ordre des pharmaciens, et contient la trace des médicaments récupérés en pharmacie grâce à ma carte vitale. Il a 45 millions de frères, tous installés dans les serveurs de Docaposte.

Le 09/08/2021, à Sophia Antipolis : rencontre avec mon dossier pharmaceutique.

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter et nous rappeler votre âge ?

Je suis le DP-Patient (dossier pharmaceutique patient) de Jérémy PASTOURET et je viens de fêter mes 10 ans cette année. J'ai été créé le 15/03/2011 à 10:45:46 dans une pharmacie du sud de la France, qui n'existe plus aujourd'hui.

Quel est votre rythme de travail ?

Tout dépend si Jérémy tombe malade. Si c'est le cas, avec une ordonnance et la carte vitale, on peut me consulter et m'alimenter en nouvelles informations. Par exemple, les médicaments délivrés et le nombre de boîtes reçues. Chaque jour en France, 3 millions de requêtes sont effectuées sur des DP-Patients (d'après mon hébergeur Docaposte).

Les dossiers pharmaceutiques sont-ils souvent interviewés par leurs patients ?

C'est encore trop rare : les patients ne savent même pas qu'on existe. C'est l'un des reproches qui nous est adressé par la Cour des Comptes.

Justement, dans son Rapport public annuel 2020 - Le dossier pharmaceutique : un outil au service de la santé publique, j'ai trouvé la mention suivante :

La CNIL a été saisie d’une quinzaine de plaintes d’usagers et de pharmaciens pour des ouvertures sans consentement. Ce faible nombre pourrait s’expliquer par le déficit d’information des patients, qui ignorent souvent s’ils disposent ou non d’un dossier pharmaceutique.

Avez-vous des chiffres sur le nombre de patient·es qui demandent le contenu de leur dossier pharmaceutique ?

En 2019, il n'y a eu que 125 881 éditions papier sur 38 600 000 dossiers pharmaceutiques existants. Cela représente seulement 0.33 % de demandes d'édition de dossier. Mes sources proviennent du rapport d'activité de la CNOP (Conseil National de l'Ordre des Pharmaciens).

Comment naissez-vous ? Et quel est votre cycle de vie ?

Si un patient n'a pas de dossier pharmaceutique, le/la pharmacien·ne propose sa création et doit obtenir son consentement. Ce recueil de consentement est oral et sans preuve tangible. Pour certains patients, il a été créé sans information préalable et sans leur accord. Lorsque le/la pharmacien·ne valide notre création, nous naissons dans deux tables de données distinctes. La première base contient le nom du patient. La seconde contient les médicaments délivrés ainsi que les vaccins reçus.

Comment faire pour voir à quoi vous ressemblez ?

Il suffit de remplir un formulaire de l'ordre des pharmaciens et de leur transmettre avec une pièce d'identité.

page d'accueil du site l'Equipe sans inversion de couleur

Voici la liste de ceux qui ont consulté, alimenté et créé de nouvelles entrées dans mon dossier.

liste des médicaments délivrés (libellé, quantité, code CIP, Posologie, Zone de rectification)

La liste horodatée des médicaments délivrés.

Etes-vous mortel ?

Le plus souvent, c'est l'ordre des pharmaciens qui met fin à notre existence. Cela se produit lorsque le/la patient·e que l'on gère ne s'est pas présenté·e dans une pharmacie depuis 3 ans. Le dossier est alors supprimé. Le plus souvent, c'est parce que le/la patient·e est décédé·e.

  • Un autre cas existe, bien plus rare : une demande de suppression du/de la patient·e. Cela représente 0.01 % des demandes en 2019.

courrier de Sophia Antipolis, certifiant l'existence d'un dossier pharmaceutique

Sur ce document, je découvre que le seul moyen de supprimer mon dossier est de me rendre en pharmacie.

Cette interview a pu être réalisée grâce à un médecin hébergeur travaillant au bâtiment WAGRAM à Sophia Antipolis.

Cet entretien rassemble les derniers mots de mon dossier pharmaceutique. Suite à ma demande, il a été purgé et supprimé de tout serveur au sein de Docaposte. Cet article rend hommage à toutes ses années de services dans l'ombre des ordinateurs des officines.

A la suite de cette interview, nous avons décidé de contacter le papa du dossier pharmaceutique afin d'en savoir plus sur ses origines : l'Ordre des pharmaciens.

[Photo de couverture : Daniele Buso]

Jérémy PASTOURET
Jérémy PASTOURET
Journaliste en recherche constante de nouveaux outils plus légers, accessibles à tous et respectueux de la vie privée de leurs utilisateurs.

Commentaires

Ecrire un commentaire

Sobriété

Passez à l'étape supérieure :

Découvrez nos tutos !

Chargement d'un nouvel article...

Les Enovateurs

Rejoignez notre communauté de lecteurs

Retrouvez-nous aussi sur

linkedin