Accueil Développement durable Réparabilité et durabilité : ces indices figureront bientôt sur nos appareils
Réparabilité et durabilité

Réparabilité et durabilité : ces indices figureront bientôt sur nos appareils

par Louise PASTOURET

Depuis quelques années, les États ont compris l’importance des mesures en faveur de l’environnement. La lutte contre le gaspillage en fait évidemment partie. Alimentaire, bien sûr, mais aussi celui qui touche les équipements. En effet, certains sont prématurément mis hors service alors qu’ils auraient pu continuer à servir.

Ce phénomène peut tout autant relever d’un effet de mode que de certains mécanismes d’usure délibérément mis en place par des fabricants peu scrupuleux.

Or l’État français se mobilise depuis maintenant 5 ans contre ce phénomène d’obsolescence programmée. Plusieurs lois ont été adoptées et sont entrées en vigueur. Mais le gouvernement ne compte pas s’arrêter là, et c’est une excellente nouvelle.

Un indice de réparabilité dès 2021

bannière Stop à l'obsolescence programmée

Ainsi, en 2021, un indice de réparabilité devrait voir le jour. Il concerne les appareils électriques et électroniques. Son objectif : renseigner les consommateurs au moment de l’achat et leur donner la possibilité de choisir un modèle plus facilement réparable qu’un autre.

C’est un signal important, car aujourd’hui peu de personnes se préoccupent vraiment de la réparabilité d’un produit au moment de la décision d’achat. D’autres facteurs sont déterminants, comme le prix ou la marque. Mais on peut espérer qu’un tel indicateur pourra sensibiliser les clients et faire pencher la balance côté planète. Du moins, s’il est clairement affiché sur les emballages et les rayons.

Plusieurs facteurs entreront ainsi en ligne de compte :

  • la disponibilité des documents techniques
  • la disponibilité et le prix des pièces détachées
  • la facilité avec laquelle l’on peut démonter le produit

L’ADEME estime que seulement 40% des appareils électriques et électroniques en panne sont effectivement réparés. Voilà qui démontre qu’un tel indicateur est tout sauf anecdotique.

Un bémol toutefois : la démarche aurait pu être poussée plus loin. En effet, les compteurs d’usage n’ont pas été rendus obligatoires. De quoi s’agit-il ? D’un système qui mesure le temps d’utilisation d’un produit, et apporte donc une information objective sur sa durée de vie effective. Ces dispositifs avaient pourtant été suggérés par l’association HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée), et adoptés par le Sénat en première lecture du projet de loi sur l’économie circulaire. Espérons que cette idée effectuera un retour en force d’ici quelques années…

Un indice de durabilité dès 2024

bannière caméra

Un cap supplémentaire sera franchi dans 4 ans, avec l’entrée en vigueur d’un indice de durabilité. Un concept qui reste toutefois à préciser à ce jour. Même si l’on comprend bien qu’il fait référence à la durée d’utilisation globale d’un produit. En pratique, il devrait concerner la période entre l’achat d’un appareil et sa fin de vie (lorsque celui-ci est détruit / revalorisé / recyclé).

Voici quelques-un des critères qui devraient être pris en compte dans le calcul de cet indice :

  • la solidité des matériaux et composants
  • la qualité du service après-vente
  • la durée minimale d’accès au support technique
  • la durée de disponibilité des pièces détachées
  • la durée pendant laquelle les mises à jour seront fournies (notamment dans le cas d’un logiciel)

Il ne reste plus qu’à espérer que ces mesures ne seront pas trop floues et que les enseignes et fabricants joueront le jeu en affichant clairement ces deux indicateurs. Le consommateur disposera ainsi d’éléments supplémentaires pour réaliser un choix éclairé. Rendez-vous l’an prochain, puis en 2024…

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.